Actualité

Le rush dans les merceries pour la confection de masques


par Margot Benabbas
mardi 19 mai 2020 à 15:21

Photo : Mondial Tissu à Sarreguemines - Margot Benabbas

L’épidémie de coronavirus a entraîné un véritable rush dans les merceries. Les magasins de tissu rencontrent un grand succès en ce moment, particulièrement pour la confection de masques. Exemple dans une grande enseigne et une petite boutique.

Son N°1 - Le rush dans les merceries pour la confection de masques

Depuis plusieurs semaines, quand on veut aller au magasin mondial tissu à Sarreguemines, il faut s’attendre à faire la queue.

On a des files d'attente énormes devant le magasin. Mais on gère très bien parce qu'on a pris un vigile. 

 

Amandine Akielaszek, responsable du magasin a vu la fréquentation grimper de 10% depuis le début de l’épidémie. Sans surprise, les clients veulent du matériel pour faire des masques.

Du tissu, de la popeline de coton, de l'élastique... Ils achètent aussi beaucoup de machines à coudre.  

Le magasin est réapprovisionné 2 fois par semaine au lieu d’une et n’a donc jamais été en rupture contrairement à la boîte à couture à Forbach.

J'ai dû attendre pas mal de temps. 4 semaines pour l'élastique. 

Plus qu’un besoin sanitaire, le masque est presque en train de devenir un accessoire de mode.

Tout à fait ! J'en ai fait en dentelle, en broderie anglaise. Là j'en ai fait un "bleu, blanc, rouge". Il y a de la demande. Il y en a même qui mettent des strass. 

En ce moment, les affaires marchent plutôt bien pour la gérante. En plus de vendre du tissu et des élastiques, elle a déjà confectionné près de 2000 masques et n’arrive pas à suivre la demande.

Pas vraiment, je travaille le dimanche et les jours fériés.

Alors forcément, ça se ressent sur le chiffre d’affaires.

Par rapport au mois de mai l'année dernière, oui, quand même. C'est flagrant. C'est dur pour nous toute l'année mais là... 

La gérante de la petite boutique espère que les personnes qui ont pris goût à la couture pendant le confinement continueront par la suite.