Faits Divers

Cimetière juif profané à Sarre-Union : 6 ans après, la douleur est encore vive


par Cédric Kempf
jeudi 28 octobre 2021 à 20:04

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin était de passage à Sarre-Union ce jeudi pour la réhabilitation du cimetière juif

Le cimetière juif a été réhabilité

Il y a 6 ans, la commune d’Alsace-Bossue faisait la Une de l’actualité. Celle d’un triste record de tombes profanées et souillées. Aujourd’hui, le cimetière et les personnes qui y reposent ont retrouvé paix et sérénité.

Son N°1 - Cimetière juif profané à Sarre-Union : 6 ans après, la douleur est encore vive

269 tombes profanées, ouvertes, souillées, démolies et le monument aux déportés abattu... Le choc a été d'une brutalité inimaginable. Tous les souvenirs que j'avais enfoui sont réapparus.

La date du 15 février 2015 est encore douloureuse pour Roger Lehmann, victime des profanations, qui, sur les 524 tombes du cimetière, en compte plus de 100 rien que de sa famille.

Brigitte Klinkert, Ministre déléguée à l’Insertion, à gauche, Roger Lehmann au centre, et Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur à droite

Une douleur mais aussi une colère qui ne s’atténue pas avec le temps pour Maurice Dahan président du consistoire israélite du Bas-Rhin.

Combien de haine faut-il ressentir pour profaner autant de tombes ? Il faut que cette région finisse par faire son introspection.

Il aura donc fallu 6 ans pour réhabiliter les 269 tombes à l’identique, comme avant, avec entre autres, les débris qu’ils restaient. Ceux qui n’ont pas pu être réutilisés n’ont pas été jetés comme nous l’explique Harold Weill, grand rabbin du Bas-Rhin.

Il a été pris la décision d'enterrer ces débris pour ne pas qu'ils partent à la décharge et pour leur donner en quelque sorte, ce qui est paradoxale, une deuxième vie pour montrer tout le respect que nous avons finalement aussi pour ces stèles.

La tombe comprenant les débris des stèles abîmées

Ce sont 5 mineurs qui ont commis cet acte antisémite. Le Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, appelle donc à la responsabilité de chacun.

Et à travers des mineurs, c'est sans doute toute la société qui peut se poser des questions : par son manque d'éducation, d'inculcation des valeurs républicaines, la place de la famille et de tout simplement de l'avenir qu'on nous prépare.

Marc Séné, le maire de Sarre-Union, n’espère plus revivre cette situation

C'est un véritable poids que nous évacuons, c'était une page assez terrible pour l'histoire de notre commune et elle se tourne aujourd'hui. Nous allons pouvoir écrire sur une page blanche.

Outre 2015, le cimetière juif de la commune avait déjà été profané à 6 reprises entre 1941 et l’an 2000.

Harold Weill, grand rabbin du Bas-Rhin avec Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur

Les phrases marquantes de la cérémonie 

Maurice Dahan, président du consistoire israélite du Bas-Rhin

Je crois qu'il faut avoir une sacrée dose de haine pour détruire 269 tombes. Si l'on touche à un mort, quel qu'il soit, on déhumanise sa population et ces citoyens.

Roger Lehmann, victime des profanations

Un procès au pénal a eu lieu en 2017, cette audience a été un calvaire. Les condamnations prononcées m'ont semblé bien légères.

Gérald Darmanin, Ministre de l'Intérieur

Je pense que c'est un sujet qui relève de la responsabilité des parents, la responsabilité de la société et pas simplement de l'institution publique qui est l'Etat.