Faits Divers

A Metzing, des habitants subissent parfois jusqu'à 3 inondations par an


par Cédric Kempf
mardi 4 janvier 2022 à 17:24

A Metzing, des habitants doivent s’habituer aux inondations

Que ce soit dans la rue principale ou dans la rue Saint-Hippolyte, plusieurs Metzingeois doivent faire face jusqu’à 3 inondations par an. La dernière en date a eu lieu ce mardi.

Son N°1 - A Metzing, des habitants subissent parfois jusqu'à 3 inondations par an

On a notre terrain qui est complètement inondé, ainsi que 7 autres maisons autour de chez nous. On a à peu près 60 à 70 centimètres d'eau dans le jardin, dans la cave c'est pareil.

Lonis habite depuis 2018 rue Saint-Hippolyte. Sa première inondation quelques mois après son installation l’a marquée à 3 jours de Noël. Aujourd’hui, il regorge d’astuces pour éviter le pire.

On a les anciens du village qui nous ont appris les petites techniques. Ils nous ont donnés des points de repère sur différents sites entre Metzing et Farébersviller. Quand on voit que l'eau arrive à ces endroits-là, on sait que nous, 2 heures après, on est inondé.

Loris a investi dans 2 pompes pour évacuer l’eau et loue des assécheurs d’air au printemps pour éviter les séquelles dans la maison. Surtout que son assurance a décidé de ne plus payer pour ce type de dégâts. Juste à côté, sa voisine Stéphanie, qui vit depuis 6 ans dans cette rue, est impuissante face à cette situation.

Oui, il y a des dégâts au niveau de la cave. La tondeuse, la pompe de la piscine,... Tout est dans l'eau. Là, je ne peux pas faire la vaisselle de midi puisque j'ai de l'eau dans le lavabo, elle ne s'évacue pas. Au bout d'un moment, ça sent l'humidité dans la maison.

La cause de ces inondations provient de remontées par les évacuations d’eau lorsqu’il pleut de trop. Le ruisseau de la Strichbach, qui est à proximité, y est pour quelque chose.

Si la mairie se mettait déjà à nettoyer les abords du Strichbach pour pouvoir enlever tous les arbres cassés et tout ce qui dérange le passage de l'eau au naturel, ce serait super. Je pense que ça ferait déjà beaucoup de mètres cube d'eau qui ne s'évacueraient pas dans nos jardins.

Les terrains ne sont pas classés « zone inondable », mais les habitants aimeraient aussi un curage des canalisations. Chez Stéphanie et Lonis, le curseur du ras-le-bol, reste néanmoins différent.

J'ai appelé mon mari, il était au travail, je lui ai dit qu'on est inondé. Il m'a dit : "je crois qu'on va déménager". - Stéphanie

On vit avec, des catastrophes naturelles, malheureusement, on en a partout. - Lonis

A Farébersviller aussi, le quartier Rabelais a été touché par des inondations ce mardi.