High-tech

Gaming : The Last of Us sur PS5 : Faut-il repasser à la caisse ?


par Mathieu Improvisato
mercredi 31 août 2022 à 17:15

The Last of Us sur PS5 : Faut-il repasser à la caisse ?

C’est compliqué d’imaginer l’industrie du jeu-vidéo sans la sage The Last of Us. Le jeu du studio Naughty Dog initialement lancé sur PS3 a laissé une telle impression en 2013 que les joueurs s’en souviennent toujours. Le jeu a également propulsé les PlayStation Studios sur la piste des expériences narratives, ouvrant la voie à des titres à succès tels que God of War (2018), Marvel’s Spider-Man, Ghost of Tsushima et les deux épisodes de Horizon, entre autres. 

Article extrait du blog "Matoo le geek 👾" >

 

La suite, The Last of Us Part II, est arrivée en 2020 avec de nombreuses améliorations à la formule originale, bien que le premier épisode restera dans les anales. Même s’il était très aisément jouable sous sa forme remasterisée via la rétrocompatibilité sur PS5, Naughty Dog a choisi de refaire à l’identique l’épisode original de The Last of Us de 2013 en ce qu’ils considèrent comme sa version “définitive”. Maintenant baptisé The Last of Us Part I, ce remake capture-t-il la magie de l’original pour justifier son prix premium de 80€ ou devrait-il être jeté tout cru dans une fosse pleine de Clickers ?

Un remake, plus qu’une mise à jour

La version 2022 du jeu, désormais appelé The Last of Us Part I, revient un peu à appliquer un peu de maquillage, un éclairage plus travaillé et de nouveaux décors à une ancienne pièce de théâtre à succès. Ne nous le cachons pas, ces mises à niveau sont importantes, en particulier pour un jeu jouant autant sur les émotions. Ellie, la co-protagoniste de 14 ans jouée par Ashley Johnson, était déjà assez convaincante lors la sortie du jeu en 2013. Mais comparé au remake de 2022 sur PlayStation 5, l’ancien modèle 3D semble rigide et en plastique. Son front et ses sourcils se plissent de colère et de mépris d’une manière qu’elle n’a jamais pu exprimer jusqu’à présent. 

Bien que le jeu soit le même d’un bout à l’autre, Naughty Dog a effectué un travail colossal en apportant des changements notables dans chaque centimètre carré numérique du jeu, des couchers de soleil arrosant Boston dans des tons orangés plus réalistes jusqu’aux nouvelles rides dans les froncements de sourcils et les sourires des personnages. Cela s’apparente au saut du premier film “Toy Story” au troisième – sauf que c’est la même histoire.

Les phases de tir sont également plus fluides tout en conservant les mécanismes de l’original, à savoir le balancement et le rebond de l’arme. Il convient de noter que tous ces changements se traduisent par une violence bien plus mesurée et visuellement bien plus impressionnante. Au-delà d’un conte père-fille, The Last of Us a toujours été un jeu horrifique à base de zombies. Les morts-vivants et les ennemis explosent dans des nuages de sang et s’effondrent sous l’emprise d’une physique très réaliste. Les cris des hommes en flammes sont d’autant plus prenant avec des effets de feu améliorés. La maison de Louis des cinq premières minutes du jeu n’a jamais brillé aussi fort qu’aujourd’hui.

Et manette en mains, ça donne quoi ?

Naughty Dog avait déjà mis la barre haute avec les fonctionnalités d’accessibilité de The Last of Us Part 2, et ce remake fait passer les choses au niveau supérieur avec des options jamais vues auparavant dans un jeu vidéo. Par exemple, vous aurez la possibilité de sentir des dialogues à travers la manette DualSense sous forme de retour haptique, permettant aux joueurs malentendants de ressentir l’accent et l’intonation des lignes parlées.

Les fonctionnalités d’accessibilité de The Last of Us Part 1 ne seront pas un énorme argument de vente pour le grand public, mais grâce aux efforts de Naughty Dog, ce jeu sera jouable pour la toute première fois pour certaines personnes. Il existe plusieurs préréglages par défaut, les réglages de la manette et paramètres peuvent être affinés comme bon vous semble.

The Last of Us Part 1 semble néanmoins beaucoup plus daté au niveau du gameplay. Les développeurs ont parcouru un long chemin au cours de la dernière décennie et Naughty Dog ne fait pas exception. Il s’agit d’un jeu qui est antérieur non seulement à The Last of Us Part 2 mais aussi à Uncharted 4 et The Lost Legacy. La philosophie de conception de jeux de Naughty Dog était incroyablement différente à l’époque et cela se voit. Les visuels à couper le souffle vont également à l’encontre du gameplay dans cet aspect, rendant les ficelles d’un jeu PS3 linéaire beaucoup plus visibles, quel que soit le nombre de polygones du fusil à pompe. Les méthodes de conception de niveaux de Naughty Dog se sont considérablement améliorées depuis la sortie initiale de The Last of Us, et bien qu’il y ait encore beaucoup de moments mémorables comme le terrifiant sous-sol de l’hôtel de Pittsburgh, l’expérience de jeu ressentie semble beaucoup plus terne aujourd’hui que dans mes souvenirs.

Finalement, j’en pense quoi ?

Il y a eu beaucoup de critiques autour du prix de 80€, d’autant plus quand on parle d’un remake d’un jeu qui vient de fêter ses neuf années. Mais pour les fans déjà investis dans ces personnages et ce monde, ce n’est probablement même pas une question. S’il s’agit de l’un de vos jeux préférés – comme c’est le cas pour beaucoup – acheter la meilleure version est une fatalité, comme quelqu’un qui achète la nouvelle édition Blu-Ray 4K de son film préféré. Dans ce cas de figure, cette version devrait répondre aux attentes de la plupart des fans.

Il faut toutefois bien dire que par moment, je ne peux pas m’empêcher de me dire Naughty Dog n’a pas réussi à dépasser mes attentes. La capacité d’Ellie à plonger en avant, par exemple, a permis à la suite du jeu sorti en 2020 de proposer de nouvelles expériences. Ce premier épisode n’a pas été conçu pour de telles acrobaties et, par conséquent, Naughty Dog n’accorde pas à Joel des capacités similaires. Et lors de nombreuses fusillades rencontrées dans l’aventure, j’ai été frustré de ne pas pouvoir esquiver des tirs ennemis en plongeant au sol dans une direction afin d’éviter les balles. Je ne pense pas qu’ajouter ce genre de gameplay aurait perturbé le déroulement du jeu.

Mis de côté, ces quelques défauts ne terniront en rien l’expérience de jeu. La narration cinématographique intègre directement le gameplay, ce qui était nouveau à l’époque de sa sortie. Aujourd’hui, les modèles 3D des personnages de Joel et Ellie sont identiques entre les phases de jeu et les cinématiques, arborant souvent le même équipement et les mêmes vêtements. Ce n’était pas le cas dans le jeu original, et c’est une petite étape supplémentaire mais essentielle pour conserver la cohérence et la crédibilité du jeu.

Faire un tour dans The Last of Us maintenant c’est comme revoir un vieux film que vous aviez adoré. Les dialogues sont toujours terriblement efficaces. L’action est haletante, et les revirements de situation – bien qu’attendus – fonctionnent toujours. Le jeu d’acteur, sublimé par de nouvelles animations faciales, est éclatant de vérité et ajoute une couleur à l’histoire comme c’est rarement le cas dans un jeu de ce style. 

Avec ce remake, Naughty Dog a encore amélioré l’un des meilleurs jeux de tous les temps. Bien que vous puissiez regarder des captures d’écran ou des extraits de séquences vidéo et penser que cela ressemble et se joue comme vous vous en souvenez, revenez à une version plus ancienne et vous réaliserez à quel point un travail colossal a été fait dans le moindre détail. Oui, The Last of Us Remastered tient toujours la route, et vous pouvez vous en contenter si vous le souhaitez, mais pour les nouveaux arrivants et les fans ardents, The Last of Us Part I est un régal qui vaut chaque centime qu’on y dépense.

 


 

🤩
18/20

 

Les plus

  • Graphiquement grandiose
  • Le DLC est inclus
  • Un mode “accessibilité” complet
  • Des émotions toujours aussi présentes

Les moins

  • L’utilisation de la DualSense assez limitée
  • Des phases de gameplay parfois dépassées
  • Aucune nouveauté à déclarer au niveau des modes de jeux