Actualité


A Mackwiller, Maison Bauer mise sur le drive pour écouler son stock de chocolats de Pâques

A Mackwiller, Maison Bauer mise sur le drive pour écouler son stock de chocolats de Pâques

Photo : Page Facebook Maison Bauer Mackwiller

Cette année, la période de Pâques est compliquée pour les chocolatiers de la région. C’est le cas notamment chez Maison Bauer à Mackwiller en Alsace Bossue. Alors que Pâques représente d’habitude la plus grosse période de l’année pour l’entreprise, cette année les ouvriers n’ont pu produire qu’un tiers de la production de chocolat.

Depuis le début du confinement, la situation a été très compliquée pour la gérante Stéphanie Vargas.

Les deux premières semaines de confinement, c'était très compliqué. Il y a eu toutes les annulations de commandes, alors qu'une partie de la production était déjà réalisée. Surtout pour les écoles, tout était déjà prêt, en carton, classé par élève... On a tout dû ouvrir de nouveau et remettre dans les rayons. C'est une très grande partie du chiffre d'affaires de l'année qui s'est envolé. 

Heureusement, en ce qui concerne les commandes de dragées pour les mariages/baptêmes, elles n'ont pas été annulées mais reportées pour la plupart. 

Pour les chocolats de Pâques, la production a été arrêtée dès le début du confinement. 

A partir du 16 mars on a arrêté de produire. Une grande partie du personnel a des enfants de moins de 16 ans, donc ces personnes-là étaient en arrêt de travail. Donc nous depuis le 16 mars on n'a plus produit. On a juste recommencé avec une mini équipe la semaine dernière pour produire tout ce qui doit être très frais. Mais les chocolats de Pâques on a arrêté tout de suite. Je n'avais plus de personnel pour les réaliser. 

Sur les 19 salariés de l’entreprise, seules 3 à 5 personnes ont continué de travailler (les autres sont en arrêt maladie ou au chômage partiel). Elles se sont occupées d’écouler les stocks produits en mettant en place un service de vente à emporter et de drive.

Un drive pour écouler les stocks 

Même si Maison Bauer n'a produit qu'un tiers des quantités habituelles de chocolat, il faut quand même les vendre. Pour ça, un système de drive a été mis en place. Et ça marche très bien. 

Oui, on a énormément d'appels. C'est vrai qu'au niveau gestion du stock c'était compliqué parce qu'en général on ne fonctionne pas du tout comme ça (les gens viennent, se servent et on produit au fur et à mesure). Mais là, le fait que les gens commandent sur catalogue, on n'était pas du tout prêts à ça. Du coup c'était très compliqué à gérer. 

Si vous voulez encore acheter du chocolat pour Pâques, vous avez jusqu’à samedi pour vous rendre directement en boutique où les clients passent 1 par 1.

D'ici la fin de la semaine, le stock devrait être complètement écoulé. 

Pas un commerce de première nécessité 

A toutes ces difficultés financières, s'ajoute un autre problème pour les chocolatiers. Ils ne faisaient pas partie de la liste des commerces de première nécessité diffusée par le gouvernement au début du confinement. Maison Bauer est donc restée longtemps dans le flou. 

Pendant très longtemps on nous a considéré comme n'étant pas un commerce de 1ère nécessité. Du coup les clients n'osaient pas venir de peur de se prendre une amende. C'est vrai que c'était vraiment très flou et ça a porté préjudice à tous les artisans chocolatiers. 

Malgré tout, l'entreprise devrait s'en sortir. 

''On arrivera à gérer'' 

La perte en chiffres d’affaires risque d’être très importante pour l’entreprise familiale qui compte 19 salariés. Mais la Maison Bauer, forte de 70 ans d'existence, va s’en sortir.

On arrivera à gérer. On est quand même une entreprise qui a les reins solides, on a de la trésorerie. La seule chose c'est que cette année le bilan sera quand même vraiment moins bon mais pour toutes les entreprises dans le Monde ce sera comme ça. 

L'année des 70 ans de l'entreprise familiale ne sera donc pas marquée par des investissements. Mais l'essentiel c'est que tous les salariés seront payés et que la société s'en remettra rapidement. 

Margot Benabbas

| mercredi 8 avril 2020 à 16:41 - Mise à jour à 17:32

Actualité

Carling : une entreprise arrive avec 30 emplois à la clé

20/10/2020

Actualité

On prend des nouvelles de... Vegetal Respekt à Sturzelbronn

20/10/2020

Actualité

Sarreguemines : des vacances apprenantes pour préparer le baccalauréat

20/10/2020

Actualité

On prend des nouvelles de … Titou

20/10/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.