Actualité


Oberdorff : Laureen Stoulig et Marlo Thinnes 
réinventent la musique classique

Oberdorff : Laureen Stoulig et Marlo Thinnes 
réinventent la musique classique

Crédit photo : Uwe Marquardt

À Oberdorff, près de Bouzonville, Laureen Stoulig-Thinnes et son mari Marlo Thinnes sont réunis pour la première fois sur un album. Elle, est chanteuse lyrique, lui, pianiste. Ensemble, ils revisitent les plus grandes chansons baroques dans un album intitulé Venerem.

Tout a commencé après une écoute.

Ça partait d’une écoute que j’ai faite un jour de l'Arpeggiata qui est un ensemble assez connu dirigé par Christina Pluhar. Leur principe, c’est de reprendre aussi des musiques baroques et d’en faire des arrangements. Je me suis dit, on a le droit de prendre des choses comme ça si sacrées. J’en ai parlé à Marlo et il a dit « si on fait un truc, il faut que ça soit unique ».

Marlo a alors fait appel à un ami à lui qui joue de la basse électrique et ensemble ils ont commencé à retravailler des morceaux comme Greensleeves, un morceau repris un nombre incalculable de fois dont le titre originel est d’ailleurs A New Northern Ditty of the Lady Greene Sleeves.

Pour avoir une acoustique idéale, c’est dans un lieu atypique que l’album a été enregistré : la Völklinger Hütte, l’Usine sidérurgique de Völklingen.

Pour nous, c’était important d’avoir un feeling quand on joue. Dans un studio, chacun dans une pièce, pour l’ingénieur du son bien sûr, c’est plus confortable, mais ce qu’on voulait, c’était d’avoir l’impression d’être à un concert. Cet album, il a presque été enregistré en direct.

2020, une année bouleversée par le Covid-19

Comme tous les artistes, Laureen et Marlo ont vu leur agenda 2020 se vider au fur et à mesure que les mois passaient. Annulation des concerts et des festivals, arrêt des cours de musique pour Laureen qui enseigne au conservatoire de Metz, mise en attente de certains projets. Pourtant, le couple voit ça presque d’un bon œil.

Ça nous a aussi laissé le temps de souffler parce qu’on a eu des années bien chargées et surtout recapter. La musique ça vient quand même d’autre part et il faut pouvoir recevoir ça et juste de pouvoir canaliser ça, ça fait du bien aussi.

À cause, ou grâce, au Covid, le pianiste Marlo Thinnes a pu également mener à bien un autre projet : les 10 sonates pour piano et violon de Beethoven, avec Ingolf Turban.

Le deuxième bloc pour les sonates de Beethoven c’était prévu pour fin octobre, début novembre 2020, et même ça ce n’était pas sûr parce qu’on n’avait effectivement pas le temps de se rencontrer pour 3 ou 4 jours pour finir cet enregistrement. On avait un peu peur que ça ne marche pas l’année dernière, mais avec le Corona c’est devenu possible. On s’est retrouvé en juin 2020 pour finir cet album. On a vraiment eu le temps de s’occuper de ces deux gros projets et ça, c’est quelque chose de très positif pour nous.

Un avant-goût de l’album Venerem

Henry Purcell (1659-1695) "Music for a While" from Oedipus Z 583

"What Power Art Thou" from King Arthur Z 628

Camille Bazin

| mercredi 24 février 2021 à 05:48 - Mise à jour à 08:39

Actualité

Le Saulnois a une championne et elle s’appelle Lisa Barbelin

19/06/2021

Actualité

Bitche : L'individu suspect a été interpellé

18/06/2021

Actualité

Jean Rottner, candidat à sa succession avec la liste « Plus Forts Ensemble »

18/06/2021

Actualité

Covid-19 : La situation s'améliore nettement dans la région Grand Est

18/06/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.