Actualité


Variants, tests, vaccination … le point sur la situation sanitaire en Moselle

Variants, tests, vaccination … le point sur la situation sanitaire en Moselle

Photo : Shutter Stock

Comme chaque semaine, le préfet de la Moselle Laurent Touvet, accompagné de Lamia Himer, déléguée territoriale de l’agence régionale de santé de la Moselle, et de Marie-Odile Saillard, directrice générale du centre hospitalier régional de Metz-Thionville, a fait un point sur la situation sanitaire et la campagne de vaccination contre la Covid-19, dans le département. Voici ce qu’il faut retenir.

« L’effort doit se poursuivre »

Ce mardi 23 février, le préfet de la Moselle Laurent Touvet a un ton rassurant « il n’y a pas de grandes nouveautés », un durcissement des mesures n’est donc pas à craindre pour cette fois.
Concernant les derniers chiffres, le taux d’incidence est cette semaine à 315, c’est plus que la semaine dernière, mais le préfet reconnaît que ce chiffre peut être lié à un grand nombre de tests réalisés la semaine dernière "nous avons testé 66 000 personnes soit 6% de la population. Le taux de positivité est de 4,9 %, c’est en dessous de la moyenne nationale."

Concernant les hospitalisations, le nombre de personnes hospitalisées dans le département reste stable, autour des 500 depuis le mois de novembre, cependant, une légère augmentation du nombre de malades en réanimation a conduit au transfert de 8 patients en 8 jours en Meurthe-et-Moselle. Cette semaine, la tension est retombée, 17 lits sont disponibles, Marie-Odile Saillard, directrice générale du centre hospitalier régional de Metz-Thionville, parle d’une situation « raisonnablement préoccupante ».
Du côté de l’ARS, comme du préfet, l’accent est toujours mis sur le respect des gestes barrières.

Un déploiement de la vaccination

À la date du 22 février, 58 000 doses de vaccin ont été injectées en Moselle dont 44 500 premières injections. Le préfet a réitéré l’objectif d’accélérer cette campagne rappelant que 10 centres de vaccination ont ouvert dès le début de la campagne de vaccination et que, depuis, 7 nouveaux centres ont ouvert ou vont ouvrir très prochainement dont trois dans notre secteur à Freyming-Merlebach, Dieuze et Bitche.

La semaine dernière, la Moselle a bénéficié de 30 000 doses de vaccin supplémentaires de la part de l’Etat. Ces doses n’ont pas encore toutes pu être administrées pour des raisons techniques et de logistiques (ouverture des créneaux de réservation, renfort des équipes médicales, etc.) mais la campagne devrait tout de même s’accélérer. En janvier, on comptait 7 000 doses injectées par semaine, l’objectif est d’arriver à 10 000 en mars. Pour l’heure, les soignants et les plus de 75 ans sont toujours les publics qui bénéficient de la vaccination en priorité.

Un variant, moins contagieux que prévu ?

Avec l’arrivée du variant sud-africain dans le département, une forte augmentation des contaminations et des hospitalisations était crainte. 55% des cas positifs passés au criblage s’avèrent être des variants sud-africain, mais malgré cette proportion importante, le nombre de nouvelles contaminations par jour n’augmente pas plus.
Cependant, Lamia Himer, déléguée territoriale de l’agence régionale de santé de la Moselle, reste prudente.

On espère aussi que nos actions font effet, notamment les campagnes de tests, les campagnes de communication sur les gestes barrières, le travail qu’on fait avec les structures hospitalières, le travail qu’on fait avec certains ehpad. Ce sont toutes ces mesures qui sont en place et qui, peut-être, aident à ce que cette progression soit moindre que ce qui était envisagé à un moment donné.

Une collaboration avec l’Allemagne

Comme nous l’expliquions dans un article paru lundi 22 février, la France et l’Allemagne ont fait le choix de coopérer, de travailler ensemble pour éviter une fermeture des frontières La création d'une Task-Force, rassemblant les ministres de la Santé et des Affaires européennes de France et d’Allemagne, les ministres-présidents du Land de Sarre Tobias Hans et du Land de Rhénanie-Palatinat Malu Dreyer ainsi que la Préfète de la région Grand Est Josiane Chevalier a été constitué et une première réunion a eu lieu ce matin. En attendant les conclusions, le préfet reste prudent.

Je ne sais pas encore quelles décisions seront prises, mais en tout cas les autorités françaises ont plaidé pour le maintien de la possibilité pour les frontaliers de franchir la frontière pour aller travailler avec cette règle des 24h qui d’ailleurs avait été proposé par les autorités allemandes il y a quelques mois qui fonctionne bien. Pour l’instant, il n’y a pas de fermeture aux frontières, mais c’est vrai que c’est une situation qui est en discussion et donc il n’est pas impossible que dans les jours qui viennent les règles soient modifiées.

Concernant le département de la Moselle, Laurent Touvet ne souhaite pas mettre en place de nouvelles mesures et espère même pouvoir les alléger au plus vite. 

Camille Bazin

| mardi 23 février 2021 à 15:01 - Mise à jour à 15:09

Actualité

9 tests positifs sur 4500 frontaliers en 3 jours à la Brême d'Or

05/03/2021

Actualité

Un week-end charnière pour les Restos du coeur

05/03/2021

Actualité

Hambach : Altrans s’organise pour satisfaire ses clients sarrois

05/03/2021

Actualité

Faulquemont : Un concours photo pour mettre en avant la beauté du Grand Est

05/03/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.