Actualité


Dans le Pays de Bitche,
là où le Maire est une femme

Dans le Pays de Bitche,
là où le Maire est une femme

Connaissez-vous le point commun entre Nousseviller-Les-Bitche, Bousseviller et Schweyen ? Toutes font partie de la grande région du Pays de Bitche. Certes. Mais ce n’est pas tout. Toutes ont pour maires, des femmes.

Rien d’étonnant selon vous ? Pourtant, avant les élections municipales de 2020,  le Pays de Bitche comptait deux femmes seulement à la tête d’une commune : Jacqueline Glad à Nousseviller-lès-Bitche et Agnès Philippon à Bousseviller.

Désormais, elles sont 10. Sur 47 communes. Un chiffre qui fait écho à une tendance générale sur le territoire français. En 2020, on enregistrait 1 000 nouvelles communes passées sous la houlette de premières magistrates. (chiffres République Française)

« Vous qui voulez toujours prendre toutes nos places… »

Bien assise à son bureau, Jacqueline Glad fait donc partie des « pionnières » dans le Pays de Bitche. Infirmière depuis 1982, entrée au Conseil municipal en 1999, elle avait 30 ans quand elle a souhaité se lancer en politique :

Son N°1 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

Je trouvais que les hommes ne répondaient pas forcément aux problématiques qui se posaient à nous. Hors tout est politique. De l’horaire de l’école, au ramassage du bus, à la présence de crèches ou non, la prise en charge des personnes âgées. Tout est politique.

Jacqueline Glad, maire de Nousseviller-lès-Bitche, a été réélue pour un second mandat en 2020.

À l’époque, voir une femme s’investir dans la vie d’une commune est rare.

Son N°2 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

Je pense que c’est le seul endroit où les hommes se retrouvaient entre eux et c’était un peu assimilé à leur lieu de travail, donc ils n’avaient pas forcément envie qu’une femme puisse être avec eux.

Et son envie de bousculer les choses l’avait amenée à subir quelques injures sexistes qu’elle admet « ne plus entendre aujourd’hui ». A une époque sollicitée au niveau du parc régional des Vosges du Nord, elle refuse un poste au sein de l’équipe. Elle se souvient encore alors de la réponse reçue :

Son N°3 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

On m’a dit « oh ben vous les femmes qui voulaient toujours prendre toutes nos places, là vous n’y allez pas ». C’était plus dur que ça, là je vous le dis la version soft. C’était vraiment difficile.

Mener de front vie professionnelle, vie privée et investissement politique, c’est ce que fera cependant Jacqueline Glad. Un train de vie peu habituel auparavant qui est cependant suivi par beaucoup aujourd’hui. Et parfois, à un quart d’heure de là...

20% de femmes maires en France

A 38 ans, Maryline Mérel est maire de Bousseviller. Elle aussi collectionne plusieurs casquettes : celle de cheffe d’entreprise, de mère … et de maire depuis l’an dernier. Elle qui n’a pas hésité à se présenter aux élections seulement quatre ans et demi après son arrivée dans la commune, cultive une appétence pour l’indépendance et la mise en avant des femmes.

Épouse de militaire, elle avait choisi pour son entreprise de recruter uniquement des profils féminins, toutes anciennes militaires ou épouses.

Son N°4 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

Mon mari s’engage dans l’armée, il risque de partir en opérations extérieures etc. Moi je veux me réaliser professionnellement. Et je me suis dit, je suis persuadée qu’il y a énormément de femmes comme moi, qui veulent s’engager, qui veulent travailler, qui veulent avancer et qui n’ont pas l’employeur qui peut comprendre leur situation.

Elles sont sept à travailler aujourd'hui avec Maryline Mérel. Qui désormais doit aussi répondre aux besoins… de 125 habitants. Pour elle, la fonction de maire apporte un supplément à son métier de chef d’entreprise. Pour autant, elle y trouve aussi des similitudes. Celui des responsabilités.

Et quand on lui demande si l’égalité hommes/femmes évolue selon elle davantage en entreprise ou dans la fonction politique, elle penche pour la première, avec une explication historique :

Son N°5 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

En entreprise la particularité c’est que, dans l’histoire, notamment dans les entreprises familiales, il y avait hommes et femmes en même temps. La particularité en politique c’est que c’est une personne seule. Je pense que les femmes, quand elles s’engagent en politique, sont face à elles-mêmes.

Désormais, voir des femmes dans le paysage politique français n’a plus rien de surprenant, bien qu’il soit encore rare. Selon le site du gouvernement, seules 20% des maires sont des femmes.

 

Cathia Heim est devenue la première femme maire de Schweyen en 2020.

Et dans certaines communes, il a fallu attendre 2020. C’est le cas à Schweyen, où Cathia Heim est devenue en juin la première maire de ce village de 319 habitants. Un fait « historique » qui ne soucie pas vraiment cette manager de 39 ans.

Son N°6 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

Je trouve que sur notre territoire, les femmes occupent une grande place dans le débat  politique local et les femmes que je connais, les femmes maires du Pays de Bitche sont toutes très investies au sein de leurs communes.

A Bousseviller, Maryline Mérel souhaite raviver le village.

Demain, Maryline Mérel espère quant à elle voir encore plus de personnages féminins dans la région.

Son N°7 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

Il y a des femmes qui vont se révéler, qui vont se réveiller aussi ! Mais je pense que si des femmes veulent s’engager, bien évidemment qu’elles doivent le faire.

En 2020, la loi du 6 juin 2000 sur la parité politique fêtait ses 20 ans.  Elle oblige les partis politiques à présenter un même nombre de femmes et d’hommes, des élections régionales aux Européennes, en passant par les municipales. Une loi dont a souvent entendu parler Jacqueline Glad.

Son N°8 - Dans le Pays de Bitche, là où le Maire est une femme

On vous dit souvent « les femmes n’ont pas envie d’y aller », on ne vous dira jamais qu’un homme n’a pas envie d’y aller, pourtant il y a autant de difficultés à recruter un homme qu’une femme.

Je ne suis pas forcément pour cette solution-là mais je pense que cela ne se serait pas fait aussi rapidement si on n’était pas passées par la loi.

Mais dans quelques années, ce sur quoi nous nous penchons, dix femmes pour 46 communes ne posera même plus aucun problème, car je pense juste qu’il faut s’adapter et s’habituer à côtoyer régulièrement des femmes.

Selon le site collectivités-locales.gouv.fr, 17,2% des maires de communes du Grand-Est sont aujourd’hui des femmes. Le chiffre était quant à lui à la baisse en Moselle entre 2014 et 2020. Preuve qu'il n'est pas encore tout à fait habituel de voir une figure féminine porter l'écharpe tricolore.

Laurie Veyrier

| lundi 8 mars 2021 à 05:00 - Mise à jour à 11:33

Culture

Saint-Jean-de-Bassel : le couvent des Sœurs recherche de nouveaux projets

27/10/2021

Santé

Moselle : la situation sanitaire reste stable malgré une légère hausse du nombre de cas

26/10/2021

Politique

La ministre déléguée à l'Industrie voit l'avenir en vert pour la Moselle-Est

26/10/2021

Culture

Bitche : des œuvres du monde entier au cœur du centre-ville

26/10/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.