Actualité


Une association de Rosbruck, obligée de quitter son local, dans l’incompréhension

Une association de Rosbruck, obligée de quitter son local, dans l’incompréhension

Il y a quelques jours, l’association Smili’Ness Ladys apprenait dans un courrier que le conseil municipal avait décidé de ne pas renouveler sa convention d’utilisation de la salle multiculturelle de la commune.

Cette association, qui compte 150 adhérents, y donnait des cours de fitness et de zumba.

Elle devra donc quitter les lieux à compter du 18 mars et ce après huit ans d'utilisation. Une décision que regrette son président, Karim Chakhite : 

 

Aujourd’hui c’est une aberration. D’autant plus qu’on est dans une période sanitaire où c’est la solidarité qui doit nous guider. Et nous en pleine période de Covid, en pleine période où l’on demande de la solidarité, on reçoit un recommandé ou on nous dit, on ne veut plus de vous ici.

 

 

Problème, Karim Chakhite dénonce un manque de communication de la part de la mairie. L’association aurait tenté à plusieurs reprises d’être reçus en début d'année sportive. Sans succès selon lui.

Smili’Ness Ladys n’a pas non plus reçu d’explication à la suite de ce recommandé ce qui désole le président.

Nous on nous aurait reçus, où appeler pour nous dire « écoutez on tenait à vous informer que l’année prochaine on ne peut, pour telle ou telle raison. Il y a des raisons pour lesquelles on peut comprendre. Mais là ce qui est difficile c’est non seulement la décision, mais au-delà de la décision et du fond, ce qui est problématique c’est la forme.

 

A la recherche d'un nouveau local

L’association compte une salariée depuis trois ans. Un poste subventionné jeunesse et sport.

Désormais, Smili’Ness Ladys cherche à s’implanter dans une autre commune pour continuer à pratiquer. Actuellement, en raison de la pandémie, des cours sont donnés par le biais de visioconférences.

Je suis persuadé , je sais qu’il y a plein de villages, plein de communes, dans notre secteur, qui seraient prêtes à nous accueillir. On serait les premiers ravis pour échanger et trouver des solutions. Et surtout pour que Smili’ness continue à vivre. Mais de toute façon on continuera quoiqu’il arrive, ce n’est pas un problème.  

Contactée, la mairie n’a pas souhaité donner sa version à notre micro.

 

Laurie Veyrier

| vendredi 12 mars 2021 à 15:36 - Mise à jour à 15:57

Actualité

Le Saulnois a une championne et elle s’appelle Lisa Barbelin

19/06/2021

Actualité

Bitche : L'individu suspect a été interpellé

18/06/2021

Actualité

Jean Rottner, candidat à sa succession avec la liste « Plus Forts Ensemble »

18/06/2021

Actualité

Covid-19 : La situation s'améliore nettement dans la région Grand Est

18/06/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.