Actualité


Mesures en Sarre : démêler le vrai du faux pour les frontaliers

Mesures en Sarre : démêler le vrai du faux pour les frontaliers

Photo : Centre de tests salivaires mis en place à Grosbliederstroff

Des rumeurs courent sur la vaccination obligatoire des frontaliers et leur espace de liberté en Sarre

Pour mettre fin à celles-ci, nous avons interrogé Roland Theis, secrétaire d’Etat à la Justice et aux Affaires Européennes dans le Land de Sarre. La première est la vaccination qui pourrait devenir obligatoire pour les frontaliers. Pour Roland Theis, cette information n’est pas vraie.

Son N°1 - Mesures en Sarre : démêler le vrai du faux pour les frontaliers

D'abord, ce qui est important de savoir c'est que chez nous la vaccination n'est pas obligatoire. Il est vrai que la Sarre a reçu des doses supplémentaires du gouvernement fédéral à cause de la situation frontalière. Avec ces doses supplémentaires, nous allons accélérer la vaccination de notre population selon les priorités prévues. Les frontaliers ne sont, ni en France, ni en Allemagne, un groupe prioritaire.

Comme en France, les publics prioritaires sont les personnes âgées et les personnes vulnérables.

La deuxième rumeur concerne la présence des Français en Sarre. Pourrons-nous profiter également des libertés prévues à partir du 6 avril ? C’est-à-dire la réouverture des terrasses, des cinémas ou encore des salles de sport. Et là, la réponse est oui.

Son N°2 - Mesures en Sarre : démêler le vrai du faux pour les frontaliers

Nous voulons que ce ne soit pas mal compris, ce n'est pas discriminatoire de dire "les frontaliers doivent se faire dépister". Se faire tester, ça produira à partir du 06 avril des avantages. Si vous êtes testés négatif, vous aurez la possibilité en Sarre d'aller par exemple au cinéma. C'est aussi une opportunité d'être testée, mais jusqu'aujourd'hui, je comprends que les gens ne voient que les aspects négatifs et donc on a de la compréhension.

On rappelle qu’en France, les restaurants, les salles de sport et les lieux culturels sont toujours inaccessibles.

Cédric Kempf

| lundi 29 mars 2021 à 05:00 - Mise à jour à 06:48

Culture

Saint-Jean-de-Bassel : le couvent des Sœurs recherche de nouveaux projets

27/10/2021

Santé

Moselle : la situation sanitaire reste stable malgré une légère hausse du nombre de cas

26/10/2021

Politique

La ministre déléguée à l'Industrie voit l'avenir en vert pour la Moselle-Est

26/10/2021

Culture

Bitche : des œuvres du monde entier au cœur du centre-ville

26/10/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.