Actualité


Une Normande s'installe à Fénétrange
et devient tisserande 

Une Normande s'installe à Fénétrange
et devient tisserande 

A 24 ans, Noémie Richard s'est tournée vers un métier peu commun. Depuis un an et demi, la jeune femme a arrêté ses études dans l'environnement pour se lancer dans cette activité. Cédric l'a rencontrée.

Son N°1 - Une Normande s'installe à Fénétrange et devient tisserande 

Tisser est un savoir-faire ancestral. Partir d'un fil pour arriver à un tissu, c'est magique pour Noémie. C'est ce qui lui manquait dans ses précédentes expériences.

Je crois que j'avais besoin de revenir à quelque chose de plus manuel, plus terre à terre, faire quelque chose de physique en fait, un objet qu'on peut tenir en main, du début jusqu'à la fin.

Noémie a appris toute seule. Et c'est lorsqu'elle a décidé de créer sa micro-entreprise qu'elle a découvert qu'il s'agissait d'une passion familiale.

J'ai découvert par mon père qui ne m'a jamais dit ça d'ailleurs, que j'étais la 14ème tisserande de ma famille. Dans mon arbre généalogique, il y en avait eu 13 avant moi.

La jeune femme est donc la 14ème tisserande de la famille, d'où le nom de sa société "Numéro 14". Tous auparavant tissaient du lin, mais pas elle.

C'est un système de poids et de bascule, en gros, avec mes pieds je soulève les fils, avec mes mains je passe un autre fil entre deux.

La laine vient d'Angleterre car elle remplit tous ses critères. Un travail minutieux avec son métier à tisser. Elle fabrique 8 à 10 écharpes en même temps car en fabriquer une par une lui prendrait 3 à 4 jours.

Pour une écharpe, je mets 1-2 jours du début jusqu'à la fin.

Noémie vend ses écharpes et autres objets par Internet. Un système qui fonctionne bien grâce à ses créations.

Moi j'aime bien faire des choses assez sobre qui peuvent se porter avec tout. C'est plutôt simple, classique et en même temps, j'espère que c'est élégant.

La Fénétrangeoise espère pouvoir se faire connaître prochainement sur les marchés locaux, d'autant plus qu'elle a obtenu récemment le label Qualité MOSL.

Cédric Kempf

| vendredi 7 mai 2021 à 05:48 - Mise à jour à 06:25

Santé

Moselle : 30% des femmes âgées entre 15 et 65 ans ne consultent pas de gynécologue

22/09/2021

Buzz - People

Sarralbe : Louise Keyser, 19 ans, rêve de devenir Miss Lorraine

22/09/2021

Initiative

Spicheren : ils vont chausser leurs baskets pour aider la recherche contre les cancers pédiatriques

22/09/2021

Santé

51% des 12-17 ans ont un schéma vaccinal complet en Moselle

21/09/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.