Actualité


Surmortalité dans le Grand Est : la deuxième vague moins meurtrière que la première

Surmortalité dans le Grand Est : la deuxième vague moins meurtrière que la première

Photo : Shutter Stock

Sur l’année écoulée, de mars 2020 à mars 2021, l’excès de mortalité dans le Grand Est a atteint 18,2 % par rapport aux cinq années précédentes. Si une partie découle du vieillissement de la population, selon une étude de l’Insee, cette surmortalité a été importante pendant les deux vagues épidémiques dues au Covid-19.

2,2 fois plus de décès au printemps 2020

Dans le Grand Est, 62 400 décès ont été enregistrés entre le 1er mars 2020 et le 28 février 2021, contre 52 800 décès en moyenne par an pour les cinq années précédentes (2015 à 2019), soit un excès de 18,2 %, ce qui place la région en troisième position derrière l’Île-de-France (+ 22,5 %) et Auvergne-Rhône-Alpes (+ 20,1 %).

Indice de surmortalité par semaine

Il existe deux périodes de surmortalité importante : une première vague très intense sur moins de dix semaines, au printemps 2020, avec un pic enregistrant 2,2 fois plus de décès que lors des semaines correspondantes de la période de référence, et une deuxième vague, débutant mi-octobre, moins haute mais plus longue.

Si l’on regarde par département, le Haut-Rhin a particulièrement été touché par la surmortalité. Du 23 au 29 mars 2020, il y a eu 4 fois plus de morts qu’à la même période les années précédentes.

Les 70 ans et plus, particulièrement touchées par la surmortalité

Entre 2015 et 2019, 76 % des décès toutes causes confondues concernent des personnes âgées de 70 ans ou plus. De mars 2020 à mars 2021, cette proportion frôle les 80 %. La surmortalité est en effet particulièrement forte dans cette classe d’âges (+ 23,6 % sur l’ensemble de la période), tandis qu’elle reste relativement stable chez les 60-69 ans (+ 4,8 %) ; on constate même une légère sous-mortalité chez les moins de 60 ans (- 3,7 %).

Excès de mortalité (en %)

Une part de la hausse due au vieillissement de la population

Chaque année, deux effets jouent sur l’évolution du nombre de décès : le vieillissement de la population, et les conditions de mortalité, qui fluctuent d’une année sur l’autre. Ainsi, des phénomènes exceptionnels, comme les épidémies de grippe ou de Covid, ou la canicule, augmentent le nombre de décès, tandis que des gains en espérance de vie continuent d’être réalisés, principalement en raison d’une amélioration des traitements des cancers et des maladies de l’appareil respiratoire.

Ainsi, sur les 9 500 décès supplémentaires enregistrés entre mars 2020 et mars 2021 par rapport à la même période de l’année précédente, 1 100 peuvent s’expliquer par l’augmentation du nombre de personnes âgées, les autres décès étant dus à d’autres facteurs.

Évolution annuelle des décès dans le Grand Est décomposée selon les effets du vieillissement et des conditions de mortalité

Camille Bazin

| vendredi 28 mai 2021 à 05:47 - Mise à jour à 06:35

Société

Tribunal de Sarreguemines : la priorité est donnée à la lutte contre les violences intrafamiliales et à la justice de proximité

23/09/2021

Economie

Le Foire Internationale de Metz démarre demain avec 350 exposants

23/09/2021

Santé

Freyming-Merlebach : une académie du bonheur pour améliorer le bien-être

23/09/2021

Société

Rencontre avec Eléna, passionnée de pâtisserie depuis son plus jeune âge

23/09/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.