Actualité


Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

Pour ce quatrième épisode consacré à la commune de Peltre, nous entrons dans le couvent, à la rencontre de Soeur Agnès, qui dirige la maison d'accueil des Soeurs de la Providence de St-André de Peltre. Du haut de ses 89 ans, cette ancienne institutrice nous raconte l'histoire de la congrégation et son parcours.

Son N°1 - Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

Venue tout droit des Vosges, de Plombières-lès-Bains plus précisément, Sœur Agnès s’occupe de la maison d’accueil du Couvent de Peltre depuis 21 ans et elle s’y plaît.

Quand on est religieuse, on est envoyé par nos supérieurs et, comme j’avais fini mes mandats, on m’a demandé si j’acceptais de venir ici, pour prendre en main la maison d’accueil. J’ai répondu oui, bien sûr et cela me réjouit beaucoup.

 Ancienne institutrice, Sœur Agnès n’a jamais vraiment cessé d’enseigner

Actuellement non, je ne suis plus enseignante mais on s’adresse beaucoup à moi pour parfaire le français ou l’anglais. Alors j’aide plein de gens, j’ai initié nos petites vietnamiennes au français… c’est du plaisir quoi !

Le Couvent de Peltre reçoit de nombreux groupes d’adultes et de jeunes tout au long de l'année. Ils viennent se recueillir et, parfois, discuter. Sœur Agnès les reçoit avec joie.

C’est passionnant parce que, on rencontre des personnes, même si on ne les voit qu’une fois, il y a quelque chose qui se passe, une amitié, un regard, un sourire, la parole. Moi, je possède un peu l’anglais donc c’est surtout un peu la langue qui passe dans tous les groupes quoi.

Et c’est justement grâce à ses connaissances en anglais que Soeur Agnès a pu partir aider au Sri Lanka et s'entretenir avec des groupes étrangers venus à Peltre. Elle a également rejoint le temps d’un voyage la Congrégation des Sœurs de la Providence basée au Brésil. Un très beau voyage qui l’a beaucoup ému.  

J'étais dans une favela alors, vous voyez-un peu... vous voyez ces enfants qui n'ont rien mais qui ont ce qu'il y a de plus beau au monde : le sourire. 

Sœur Agnès est restée en contact avec certains enfants brésiliens dont elle s’est occupée. Un lien très fort les unis que même la distance et les années n’ont pas pu défaire. Et depuis son voyage au Brésil, Sœur Agnès tient la revue « Enfants du monde, nouvelles du Brésil ». Cette revue est disponible pour les adhérents de l’association « Enfants du monde ». Cette association a été créée il y a une vingtaine d’années par les Sœurs de la Providence partie au Brésil. Chaque année, un repas brésilien est organisé au couvent. Sœur Agnès croise les doigts : le prochain repas brésilien devrait avoir lieu le 11 novembre prochain.

Une journée au couvent

Soeur Agnès revient sur les activités des Soeurs de la Providence et le temps des prières. 

Son N°2 - Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

Nous avons des temps forts de prière. Alors, le matin, on a une prière communautaire, qui s’appelle Laudes. On a l’eucharistie. Et puis, des temps de prières particulières : une heure d’oraison, une demi-heure, ça dépend des personnes. Et puis, le soir aussi, on se retrouve pour les Vêpres. D’autres prières sont plus ou moins particulières. Certaines prient le champlan ensemble, d’autres le prient seules. Il y a une certaine liberté là.  

Et entre les temps de prière, chacun occupe son temps selon son travail. Celle qui est cuisinière n’aura pas les mêmes horaires que l’institutrice. Soeur Agnès revient sur les qualités recherchées pour être une bonne Soeur de la Providence. 

Son N°3 - Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

Nos qualités, les qualités qu’on demande à développer, c’est la confiance d’abord en la Providence, mais aussi une sorte de disponibilité, de simplicité, de souplesse, savoir s’adapter.

Histoire de la congrégation des Sœurs de la Providence

Sœur Agnès retrace avec nous sur l’histoire de la congrégation des Sœurs de la Providence et du couvent de Peltre.

Son N°4 - Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

Alors, c’est une belle histoire. Notre congrégation a été fondée près de Bitche, à Hottviller. Un prêtre a été nommé curé de Hottviller en 1803 et, il s’est rendu compte que les filles n’allaient pas à l’école et que les mamans ne savaient ni lire ni écrire. Alors, il a commencé une école pour les filles du monde rural.

Les deux premières institutrices de cette école ont demandé quelques années plus tard à devenir religieuses. C’est ainsi que la congrégation des Sœurs de la Providence de St-André a été fondée en 1806, à Hottviller, par le curé Antoine Gapp. La maison-mère a ensuite déménagé à Forbach. En 1833, le fondateur des Sœurs Providence décède. L’évêque, devenant le supérieur, demanda à ce que le couvent se rapproche de Metz. C’est ainsi que les Sœurs de la Providence arrivèrent à Peltre, dans un ancien château détruit lors de la Révolution, en 1839. Une école a aussitôt été mise en place.

Son N°5 - Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

Depuis 1840, l’école continue de fonctionner. Actuellement, elle est sur le site du collège en bas. Il y a 600 élèves qui fréquentent encore l’école.

Et le Couvent de Peltre n’a pas échappé aux épreuves du temps, mais surtout des guerres.

Son N°6 - Peltre (Ep.4) : Rencontre avec Sœur Agnès du Couvent Sœur de la Providence de Peltre

À la guerre de 1870, les Allemands ont brûlé le village de Peltre et le couvent. Tout a été brûlé et reconstruit dans les 2 années, 3 années qui suivent, tel qu’elle est à peu près aujourd’hui. La Première Guerre en 14-18, la maison a servi d’hôpital pour les blessés de la guerre, mais n’a pas été détruite. Par contre, en 1939-1944, elle a été occupée de la même façon mais, en 1944, le 10 novembre, il y a eu un bombardement et, là où vous êtes rentré, là, les cloîtres, tout ça était un champ de ruine.

En 1949-1950, le Couvent de Peltre a été reconstruit, tel qu’il est maintenant. Depuis, les Soeurs de la Providence l'entraine et ont donné naissance à un grand et beau jardin. 

 

Elise Jeannelle

| jeudi 22 juillet 2021 à 07:13 - Mise à jour le 23 juillet 2021 à 15:10

Initiative

Boulay : un tatouage comme ''point final'' après un cancer du sein

19/10/2021

Société

Sarralbe : l'interdiction de certaines couleurs inquiète Manuela, tatoueuse, et ses clients

19/10/2021

Economie

Agglo de Saint-Avold : un projet de rénovation pour lutter contre les vieux logements

19/10/2021

Politique

Moselle : les règles s'allègent mais le préfet appelle au maintien de la vigilance

18/10/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.