Actualité


Dambach : l'association Cun Ulmer Grün entretient les ruines du château de Schoeneck depuis plus de 20 ans

Dambach : l'association Cun Ulmer Grün entretient les ruines du château de Schoeneck depuis plus de 20 ans

On va faire un petit tour aux ruines du château de Schoeneck, à Dambach, dans le Bas-Rhin. Ça fait plus de 20 ans que l’association Cun Ulmer Grün rénove ces ruines. Un travail de patience et sans fin. Rencontre avec Julien, bénévole depuis 8 ans.

Son N°1 - Dambach : l'association Cun Ulmer Grün entretient les ruines du château de Schoeneck depuis plus de 20 ans

Des pierres entassées, quelques murs, encore debout, voilà ce qui reste du château médiéval de Schoeneck. Grâce à l’association Cun Ulmer Grün, ces ruines sont entretenues et toujours visibles de nos jours. Julien aime arpenter les Vosges du Nord et visiter des ruines, mais il trouvait ça dommage que rien ne soit fait pour préserver les ruines. C’est en visitant celles du Schoeneck que le Sarregueminois a découvert l’existence de cette association, Cun Ulmer Grün. C’était il y a 8 ans et depuis, Julien vient quasiment tous les week-ends aider sur les rénovations du moment. Il revient sur l'histoire de la destruction de ce château médiéval.

Comme Louis XIV venait de prendre l’Alsace et pour empêcher les Allemands de reprendre les châteaux, et qu'il faille de nouveau les assiéger, qu’il y ait de nouveaux des guerres et des sièges, donc ils ont fait raser tous les châteaux. Donc, le nôtre a été détruit en 1680 par les forces de Louis XIV.

Julien explique le projet du moment : la stabilisation d’une tour dont les murs se fissuraient. Un travail qui dure depuis 2-3 ans.

On l’a entièrement démontée, on a numéroté toutes les pierres et on a tout remonté d’aplomb, comme il était d’origine. Et maintenant, le but, c’est, en fait, de stabiliser et de rejointer tout l’extérieur de la tour, pour que toute la zone soit stabilisée. 

Bien sûr, il n’y a pas de photos du château d’origine. Pour savoir combien mesurait approximativement la tour du donjon par exemple, il suffit de compter le nombre de pierres d’angle que l’on retrouve au pied du château. Ça permet d’avoir une estimation de la hauteur. Il en va de même pour la tour qu'ils sont en train de rénover.  

L’association espère finir ces travaux en octobre avant d’entamer la grosse restauration suivante : démonter puis remonter une partie de la muraille ouest. Il y a aussi des travaux qui n’ont pas pu être faits par les bénévoles, quand il s’agit de retaper, par exemple, un mur en étant à 15-20 mètres en hauteur. L'association fait alors appel à une entreprise. Le département et la région participent financièrement. En effectuant ces travaux, les bénévoles font de belles trouvailles.

On retrouve beaucoup de choses, des objets usuels, beaucoup de vaisselles. Alors, on va retrouver des assiettes, des verres, des pots… Ce sont des tessons, donc ils sont en morceaux, mais de temps en temps, on arrive à reconstituer des assiettes entièrement ou des pots.

Une petite trouvaille en particulier a ravi les rénovateurs : des moulures de portes mais aussi les restes d’un kachelofe, un chauffage qui se compose d’une table à feu et de plaques en céramiques décorées qui réfléchissaient la chaleur. Ils ont retrouvé un carreau en entier, chose très rare. Il était à l’envers, dans un coin, comme si quelqu’un l’avait caché pour le préserver. Il attendait là depuis 1680. Ces objets sont visibles soit dans les salles du musée qui se situe au Schoeneck, soit dans le musée de Niederbronn.

Les bénévoles : des anciens et des nouveaux

Il y a à peu près une cinquantaine de bénévoles dans l'association Cun Ulmer Grün. Ils viennent à tour de rôle, surtout le week-end et les jours fériés. Les chantiers varient selon le nombre de personnes disponibles tel jour et selon les saisons également. Parmi les bénévoles, il y a des petits nouveaux comme le Strasbourgeois Frank. C’était son premier jour et il n’est pas déçu.

On m’a déjà mis la main à la pâte. Comme dit, à l’occasion, je reviendrai aussi souvent que possible, mais après voilà, Strasbourg, ça fait une trotte, mais enfin oui, venir au moins une à deux fois par mois quoi.

Marie-Antoinette, elle, est dans l’association depuis 2017. Elle est originaire du coin par ses grands-parents qui viennent d’Obersteinbach. Ces ruines, c’était une des promenades du dimanche. Marie-Antoinette se souvient comme les ruines ont changé en si peu de temps, en bon comme en mauvais.

Son N°2 - Dambach : l'association Cun Ulmer Grün entretient les ruines du château de Schoeneck depuis plus de 20 ans

Ben oui parce que, à l’époque, il n’y avait pas de passerelle, il n’y avait pas de petit pont, ces endroits-là n’étaient pas fouillés. On pouvait passer sur des talus, et monter même jusqu’au rocher sud qui n’est plus accessible aujourd’hui. Et donc, je l’ai trouvé changé, je savais qu’il y avait eu des travaux, de l’école d’architecture en 1985 et qu’il y avait une association puisqu’il y avait des petits placards, etc. Et là, cette année-là, en 2017, je me suis dit, j’ai du temps à donner, et voilà.

Et ce qui attire le plus Marie-Antoinette, c’est avant tout la magnifique vue qu’il y a tout autour des ruines de Schoeneck. L'Alsacienne est très nature et vient désherber tous les samedis et mercredis, pour laisser passer les visiteurs sans qu’ils ne se prennent les pieds dans les ronces. C'est un travail quotidien, car les plantes ne cessent de grandir, surtout avec les pluies de ces derniers temps. Elle a six petits-enfants à qui elle essaye de transmettre sa passion.

Ce travail d'entretien des ruines mené par l'association est sans fin, ça demande beaucoup de patience et de persévérance, mais les bénévoles y prennent du plaisir. On travaille oui, mais toujours dans la bonne humeur.  

Venez visiter les ruines du château de Schoeneck !

Les ruines sont libres d’accès. Les bénévoles présents sur le lieu se feront un plaisir de vous faire une petite visite guidée. L'entrée se fait par le pont, entre les deux bastions. Vous pourrez voir ce qui reste de la basse-cour ouest. Elle servait d’écuries et de granges. Un passage taillé dans la roche permet de passer dans la cour est, la cour noble. En montant sur le rocher nord, vous vous trouverez à l’emplacement de l’ancien donjon. De là-haut, vous aurez une très belle vue sur les Vosges du Nord, de quoi faire de belles photos !

Elise Jeannelle

| mardi 31 août 2021 à 08:01 - Mise à jour à 08:28

Actualité

Forbach : une adolescente de 13 ans disparue depuis jeudi

17/10/2021

Initiative

Herbitzheim : des tatouages au profit de la SPA de Sarreguemines

17/10/2021

Sortie

Nos idées de sortie du week-end !

16/10/2021

Culture

Petite-Rosselle : l’art s’expose au Parc Explor Wendel

15/10/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.