Actualité


Phalsbourg : les ''Depalor'' sont toujours là !

Phalsbourg : les ''Depalor'' sont toujours là !

Photo : Margot Benabbas

Les "Depalor" comptent bien continuer à se faire entendre.

Samedi, plus d’une cinquantaine de personnes, la plupart étant des anciens salariés de l’entreprise, se sont réunis à Zilling pour faire le point sur la situation.

On rappelle qu’en 2013 leur entreprise basée à Phalsbourg avait brûlé.

Depuis, un plan de sauvetage de l’emploi (PSE) avait été mis en place pour garantir des droits aux salariés licenciés économiquement.

Mais, aujourd’hui de nombreuses procédures judiciaires sont en cours entre les anciens salariés et la direction.  

Par exemple, plus de 100 procédures sont en cours au conseil des Prud’hommes de Metz.

Du coup la situation peine à avancer.

Explications avec Michel Beltran, secrétaire du comité de l’entreprise de Dépalor et surtout défenseur des salariés depuis le tout début.

M. De Montgolfier est le dirigeant de l’entreprise.

On lui reproche de nombreuses choses mais surtout le fait de ne pas respecter le PSE et donc de ne pas respecter la loi.

Les salariés sont déterminés à ce que justice leur soit faite.

En tout cas, lui ira jusqu’au bout.

Vendredi 21 octobre une réunion va être mise en place.

Il y sera notamment question du licenciement des 4 derniers salariés de l’entreprise dont fait partie Michel Beltran.

Du coup, un appel a été lancé aux ex-salariés pour qu’ils viennent se faire entendre devant l’entreprise à ce moment-là.

Le but est de se faire entendre pour faire avancer enfin les choses.

Par ailleurs, Edouard Martin, eurodéputé et ancien syndicaliste à ArcelorMittal était présent samedi pour les soutenir.

Les salariés de Dépalor, soutenus par la DIRECTE (direction générale des entreprises) accusent le directeur monsieur De Montgolfier de ne pas respecter le PSE et donc de ne pas respecter la loi.

Et ça, c’est révoltant pour Edouard Martin.

Avec son statut de député européen il ne peut rien faire pour les aider dans cette affaire nationale.

Mais, il a proposé lors de cette réunion que les salariés déposent une pétition au niveau du parlement européen pour dénoncer l’attitude de Krono groupe, qui possède Dépalor.

Ça permettra aussi de pointer du doigt l’inaction de l’Etat Français.

 

 

Radio Mélodie

| lundi 17 octobre 2016 à 06:17

Actualité

9 tests positifs sur 4500 frontaliers en 3 jours à la Brême d'Or

05/03/2021

Actualité

Un week-end charnière pour les Restos du coeur

05/03/2021

Actualité

Hambach : Altrans s’organise pour satisfaire ses clients sarrois

05/03/2021

Actualité

Faulquemont : Un concours photo pour mettre en avant la beauté du Grand Est

05/03/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.