La bronchiolite du nourrisson

Sport, Santé et Bien-être

La bronchiolite du nourrisson

Chargement

Épisode du vendredi 20 janvier 2023 à 09:45

À ce jour, peu de traitements ont démontré leur efficacité pour modifier l'évolution des bronchiolites chez le nourrisson. 

Les mesures à prendre : 

- La principale mesure à prendre est la surveillance du nourrisson par l'entourage, pour détecter les signes éventuels de gravité.

-En cas de fièvre, il est nécessaire d'avoir recours à un médicament pour la faire baisser. En général, ce que l'on privilégie, ça reste le paracétamol.

-Par ailleurs, rafraîchir le nourrisson, en le déshabillant, en le laissant en couche. Et éventuellement en le rafraîchissant avec de l'eau tiède.

-Éviter les irritants, comme l'air ambiant trop chaud, trop sec, et air saturé de fumée de tabac.

-Fractionner les repas. Permettre une alimentation et surtout une hydratation correcte. 

- Désencombrer le nez avec du sérum physiologique de préférence. 

 

La kiné respiratoire 

Il n'y a aucune preuve sur l'évolution de l'infection, que ça accélère la guérison. Par contre, il y a un effet symptomatique transitoire, qui peut donner du confort à l'enfant. 

En cas de surinfection bactérienne : 

Là, c'est en cas de fièvre prolongée. D'absence d'amélioration au bout de plusieurs jours. Après une auscultation chez son médecin traitant ou son pédiatre, se discute un traitement par antibiotique. La bronchiolite est normalement causée par un virus, donc les antibiotiques n'ont pas d'effet. Par contre, il peut y avoir une sur-infection bactérienne et dans ce cas-là, on peut traiter par antibiotique. 

 

Les signes d'alerte, urgence 

- altération de l'état général. 

- survenu d'apnée

- une cyanose, c'est-à-dire, les lèvres qui deviennent vraiment pâles ou très bleues. 

- des difficultés respiratoires, des bruits en respirant, l'enfant lutte pour respirer. 

- Si l'enfant a moins de mois, la prématurité.  

- Si les parents se sentent dépassés, il vaut mieux consulter.  

 

Chronique réalisée par le docteur Emmanuelle Seris, déléguée syndicale Grand Est pour l'association des médecins urgentistes de France et cheffe de SMUR de Sarreguemines et de Bitche.