Dans mon jardin


Chronique végétale : L'odeur de la pluie

Chronique végétale : L'odeur de la pluie

Podcasts audio :

Partie °1 - Chronique végétale : L'odeur de la pluie


La France traverse une sécheresse historique, qui a des conséquences dramatiques sur l’environnement. De la pluie, on en manque tellement pour nos nappes phréatiques, pour retrouver nos verts pâturages, mais aussi pour épauler nos héros pompiers qui luttent avec courage et dévouement contre les feux.

 

L’odeur de la pluie

Avez-vous déjà prêté attention à cette odeur agréable qui survient lors d’une pluie après plusieurs jours secs ? Un arôme complexe de terre humide s’il fallait la décrire. Le nom donné à cette odeur est le pétrichor.

C’est une odeur dérivée d’une huile exsudée par certaines plantes pendant la période sèche. Cette huile est absorbée par le sol, puis libérée dans l’air au contact de la pluie avec un autre composé appelé la géosmine. L’arôme que nous percevons serait ainsi le résultat de l’émission de ces composés. C’est plus de 50 substances qui composent cette odeur particulière et les processus physiques en jeu assez complexe. On y retrouve des traces olfactives de betterave rouge, de champignon, de moisi, de décomposition.

 

Pourquoi ce phénomène ?

Ces huiles aromatiques retardent à la fois la germination des graines et la croissance des plantes. Ils imbibent les graines de plantes en période de germination, ce qui permet aux végétaux de mieux supporter les périodes de sécheresse. L’ozone, et ses nuances chlorées, est un autre composant de ces fragrances. Il provient d’une interaction entre différentes molécules de l’atmosphère, bousculée par la pluie ou l’orage. Le contact de l’eau sur le substrat chaud et sec provoque l’évaporation qui nous permet de sentir ces combinaisons aromatiques.

La géosmine est elle une molécule fabriquée par les bactéries du sol lorsqu’elles sont sous forme de spore. Elle attire les collemboles qui contribueront ainsi à sa dispersion.

 

Une odeur ancrée dans notre inconscient

Il a également été observé à travers diverses études que l’odeur de la géosmine est capable de guider certains animaux (chameaux) lorsqu’il s’agit de trouver de l'eau dans les zones désertiques et est utilisée par certaines plantes pour atteindre une plus grande pollinisation en Amazonie.

Les anthropologues estiment que nos ancêtres ont établi un lien fort ou un lien positif avec cet arôme, indiquant la fin de la période de sécheresse dangereuse et l’arrivée de la pluie attendue depuis longtemps. Il est donc normal que notre conscience collective associe le pétrichor à des évènements positifs et l’interprète comme une odeur agréable.

Ainsi notre inconscient collectif a assimilé des odeurs remontant à la nuit des temps. À travers cette odeur, ce sont les plantes, le sol qui nous parle. Ainsi est-il bon quelquefois de faire silence pour mettre en œuvre ses autres sens, sentir pour ressentir.

Chronique réalisée par Gilles, éthnobotaniste et mycologue. 

Radio Mélodie

| mercredi 17 août 2022 à 12:30

Astuces et Vie quotidienne

Cathy, avocate, répond aux questions les plus fréquentes liées aux assurances

03/10/2022

Les Recettes de la Mélodie Family

Les croquettes jambons fromages aux restes de purée

03/10/2022

Platt Rédde Isch Gesund!

 Gâteau de foies de volailles, sauce tomates

02/10/2022

Sport, Santé et Bien-être

Point important en sport : l'échauffement

30/09/2022

Voir la suite