Actualité

Le Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines offensif face aux violences conjugales


par Margot Benabbas
mardi 24 septembre 2019 à 17:59

Avec 109 féminicides depuis le début de l’année dont 5 en Moselle, les violences conjugales sont un véritable problème de société. A Sarreguemines, le Parquet y est confronté au quotidien et a mis de nombreuses choses en place pour améliorer la situation. Selon Claire Keller, la substitute au procureur de la République, ça commence par la prévention.

Son N°1 - Le Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines offensif face aux violences conjugales

Un autre point important, s’assurer du bon travail des forces de l’ordre.

Son N°2 - Le Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines offensif face aux violences conjugales

Le TGI de Sarreguemines est également innovant en matière de condamnation. Les auteurs de violences conjugales peuvent par exemple avoir l’obligation de participer à un stage.

Son N°3 - Le Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines offensif face aux violences conjugales

Ces stages sont organisés 2 à 3 fois par an avec 12 personnes. Ils sont plutôt efficaces puisque 50 à 60% des participants ne récidivent pas.

Autre innovation mais cette fois pour les victimes : elles peuvent se voir confier un téléphone d’urgence.

Son N°4 - Le Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines offensif face aux violences conjugales

Le TGI de Sarreguemines disposent de 2 téléphones qui sont attribués à quelqu’un en permanence. 

Ça ne suffit pas

Même si le tribunal de Sarreguemines a pris un peu d’avance en matière de prévention, de répression et de condamnation, ce n’est toujours pas suffisant. Des drames continuent de se produire tous les jours et trop de victimes refusent encore de parler. C’est pour cela qu’une journée spéciale était organisée ce mardi au TGI avec des gendarmes, des policiers, des membres d’association de victime, des éducateurs ou encore des personnes du milieu médical.

 

L’objectif était de trouver ensemble des solutions au problème via 3 ateliers :

- La conduite de l’enquête pénale

- La prise en charge et l’accompagnement de l’auteur de violences conjugales

- La prise et charge et l’accompagnement de la victime

Dans ces ateliers, entre 5 et 10 idées vont être retenues. Le procureur de la République de Sarreguemines, Jean-Luc Jaeg va ensuite les faire remonter, en espérant que Sarreguemines puisse expérimenter certaines de ces idées et devenir une référence en matière de lutte contre les violences conjugales.