Faits Divers

Décès d’Anthony Muroni sur l’autoroute A4 : meurtre ou tragique accident ?


par Camille Bazin
vendredi 18 novembre 2022 à 05:00

Décès d’Anthony Muroni sur l’autoroute A4 : meurtre ou tragique accident ?
Photo : Instagram Anthony Muroni

Anthony Muroni, 33 ans, est décédé dans la nuit du 6 au 7 mars 2020. Son corps a été retrouvé sur l’autoroute à hauteur de Betting, pas très loin du domicile familial. Deux ans et demi après ce drame, de nombreuses zones d’ombre persistent autour de son décès. Ses parents, Chantal et Fabien, ne veulent pas croire à un simple accident et dénoncent une enquête bâclée.

Son N°1 - Décès d’Anthony Muroni sur l’autoroute A4 : meurtre ou tragique accident ?

Une enquête bâclée ? 

Depuis le 7 mars 2020, la vie de Chantal est en suspens. À son réveil ce matin-là, elle reçoit un appel du peloton autoroutier de Saint-Avold.

En nous disant que notre fils a été retrouvé sur l’autoroute, qu’il avait eu un accident et qu’il fallait que je me rende très rapidement à l’hôpital de Mercy pour la simple raison qu’il n’en avait pas pour longtemps.

Le temps de faire le trajet, Anthony est décédé. Un drame pour cette famille dont il était l’unique enfant. Deux ans et demi plus tard, l’enquête est toujours en cours. Pour Chantal, le premier coupable est la personne qui a percuté Anthony sur l’autoroute cette nuit-là, à 2h30.

Le conducteur qui a écrasé ou renversé mon fils a juste simplement appelé la Sanef en disant, j’ai percuté un objet sur l’autoroute.

Suite à cet appel, aucune mesure d’urgence n’a été prise et c’est donc plus d’une heure après le choc que les secours sont arrivés.

Ils ont réussi à le réanimer, mais il avait perdu trop de sang. 1h30 sur l’autoroute avec un choc, le médecin nous a dit que c’était impossible, on ne pouvait plus le sauver.

Interrogé le lendemain, le conducteur du véhicule n’a pas été mis en cause et apparaît comme témoin assisté dans l’affaire du décès d’Anthony Muroni. Selon le procureur de la République du tribunal judiciaire de Sarreguemines, Olivier Glady, les circonstances de l’accident montrent qu’il n’est pas responsable. Selon l’enquête, le conducteur est passé sur le corps alors que celui-ci était déjà allongé sur l’autoroute sans qu’il n’ait été en mesure de l’apercevoir auparavant et ainsi l’éviter. Une situation insupportable pour la mère.

Le gendarme a tout pris à la légère et j’insiste lourdement dans mes dires parce que c’est une réalité. En plus, on avait demandé l’identité de la personne qui avait renversé ou écrasé notre fils. Il a dit que c’étaient des gens tout à fait normaux, ils n’ont rien à voir là-dedans, ce n’est pas leur problème le fait que mon fils se soit retrouvé sur l’autoroute. De toute façon, eux, ne seront, en aucun cas, incriminés dans cette affaire.

Concernant l'affaire, la famille et leur avocat dénoncent d'autres manquements comme le fait que le téléphone portable n'ait pas été exploité tout comme les vidéos de surveillance des alentours.

Comment Anthony est-il arrivé sur l'autoroute ? 

Que faisait Anthony sur l’autoroute ? L’examen clinique du corps a révélé la présence d’une forte dose d’alcool dans le sang d’Anthony après l’accident. Les heures qui ont précédé son décès, le trentenaire, qui partageait sa vie entre Sarrebruck et Milan pour son travail, était de sortie avec Stéphane, son ami d’enfance. Une soirée tout à fait banale selon ce dernier.

Une soirée lambda comme on va dire. À la base, je suis allé le chercher à son magasin au Pitti et puis une fois qu’on était dans le vieux Sarrebruck, on est allé boire, comme à notre habitude, un thé à la menthe dans un bar. On a bu un thé et après, on est allé manger. D’habitude, on allait toujours au Roma, mais ce soir-là, on est allé manger un kebab et après, on est allé boire un coup dans un bar.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Anthony Muroni (@anthony.muroni)

Les deux amis se sont ensuite dirigés vers Freyming-Merlebach et ont fait un arrêt sur un parking. C’est là, selon Chantal que les choses auraient dérapé.

Pour moi, c’est là qu’ils ont consommé de l’alcool.

Selon Stéphane, oui, il y a eu de l’alcool dans la soirée, mais cet arrêt a surtout été marqué par un autre événement.

Il était au téléphone avec sa petite amie d’Italie. Je comprenais un peu ce qu’il se passait, je voyais qu’elle lui mettait un peu la pression, qu’il fallait qu’il vienne vite. Elle lui disait qu’elle était à l’hôtel avec son ex, ils étaient partis dans une embrouille assez conséquente on va dire.

Durant la soirée, Anthony aurait d’ailleurs demandé plusieurs fois à Stéphane de le ramener à Milan.

Il m’a dit ça deux ou trois fois, ramène-moi à Milan ou est-ce que tu veux venir avec moi à Milan, mais ce n’était pas possible. Après, quand je l’ai ramené, il ne me parlait plus de Milan. Il me disait que le lendemain il avait des soldes. Même lui, il n’était pas sûr de son discours.

Les deux amis se séparent alors sur le pas de la porte de la maison familiale de la famille Muroni. Pour Stéphane, son envie de rejoindre Milan conjuguée à un taux d’alcool élevé aurait poussé Anthony à descendre sur l’autoroute.

L’hypothèse pour moi la plus cohérente, c’est, dans son délire, en ayant bu de l’alcool, c’est d’aller à Milan à pied ou de descendre faire du stop sur l’autoroute, tout simplement.

Pour la famille d’Anthony pourtant ça ne colle pas. Selon eux, leur fils n’aurait pas pu se rendre seul à pied sur cette autoroute. Autant de questions que se pose sa mère Chantal, et qu’elle n’arrêtera pas de poser avant de savoir ce qu’il s’est passé ce soir-là.

On se dit mais qui a pu faire ça ? pourquoi ? De toute façon il y a quelqu’un qui sait quelque chose, ça j’en suis persuadée. Matériellement, il n’a pas pu aller sur l’autoroute à pied. Il était à bord d’une voiture. Je veux savoir. Je veux que ces gens soient punis. Je veux justice.

Personne ne sait ce qu'a fait Anthony entre le moment où Stéphane l'a déposé devant chez lui et le moment où il a été percuté par cette voiture. Une instruction est toujours en cours au tribunal judiciaire de Sarreguemines. Elle a été ouverte pour infraction d’homicide involontaire par conducteur d’un véhicule. En cas d’ordonnance de non-lieu, l’avocat de la famille saisira le tribunal de Metz.