Les ados du collège Pierre Adt ''choqués'' face à la violence chez les jeunes


par Radio Mélodie
mercredi 15 mai 2024 à 05:26

Les ados du collège Pierre Adt ''choqués'' face à la violence chez les jeunes

Ces dernières semaines, de tristes faits-divers ont fait l’actualité. Des bagarres entrainant la mort, des assassinats entre adolescents, cette violence chez les jeunes fait rage partout en France. Orlane, Emma, Léa et Léna du groupe web-radio du collège Pierre Adt de Forbach se sont exprimées sur le sujet. 

Son N°1 - Les ados du collège Pierre Adt ''choqués'' face à la violence chez les jeunes

Qu’est-ce que vous en pensez ?

Moi je trouve ça choquant de se dire que de nos jours les gens n’arrivent plus à régler leurs problèmes juste en parlant.

Je trouve ça aussi très choquant de me dire qu’à la place de parler, ils en viennent tout de suite aux mains.

Moi ça m’énerve parce que ça arrive trop souvent en ce moment. Au bout d’un moment, c’est un peu énervant de voir tellement de jeunes perdre la vie à cause de ça.

Ce qui est très choquant et qui m’énerve aussi beaucoup, c’est que du coup à cause de ces choses qui se passe, on met tous les adolescents dans le même sac et on se dit que tout le monde fait comme ça.

Pour vous, quelles peuvent être les causes de ces violences ?

Ça peut être des vengeances, de la jalousie, face à un échec, de la forte dépression et plein d’autres trucs. 

Il y a des gens qui ont des problèmes de colère, etc. Donc ça peut leur arriver d’être tout de suite dans l’agressivité. La haine, la rancœur, etc. Plein de choses qui donnent le sentiment aux personnes qu’il faut attaquer absolument.

Moi, je pense qu’ils sont influencés par les autres. Peut-être des personnes qu’ils ont vu ou des choses qu’ils ont vu sur les réseaux ou des trucs comme ça et que du coup ça leur a donné envie de faire.

S’ils voient que, je sais pas, le père frappe la mère, ils se disent que c’est peut-être normal et qu’ils le font du coup à l’école ou dehors.

Comment pourrait-on lutter contre ces violences ?

Faire des activités pour essayer de calmer les esprits, comme on l’a dit avant à la radio du collège, de faire des méditations, etc. Pour nous mettre dans le calme un peu.

Faire des petits clubs d’activités douces où ils sont détendus. Il faut apprendre aux enfants dès le plus jeune âge que c’est pas bien la violence.

Moi, je pense qu’il faudrait leur parler. Je suis pas sûr que des clubs ça marcherait parce que je pense qu’ils se diraient que ça sert à rien et ils sécheraient plutôt le truc. Au collège, ça sert à rien, ils vont partir, ils vont dire non.

Est-ce que ça pourrait arriver chez nous en Moselle ?

Ça pourrait arriver chez nous comme n’importe où. Que ce soit une campagne qu’on connaît pas du tout ou chez nous, à mon avis ça arrive partout.

Il y a des gens qui se sont bagarrés dans la récréation. Ils se tiraient les cheveux, elles se jetaient par terre. Et à chaque fois, il y a des rendez-vous, des troupeaux et des rassemblements.


Un site fièrement propulsé par