Le Grand Réveil


L'invitée du Grand Réveil : Fanny Lamarque

L'invitée du Grand Réveil : Fanny Lamarque

Shutterstock

Fanny Lamarque, présidente de l’association P.A.C, Protection et Action pour les Chiens à Lemud.

Maltraitance dans les salons du chiot, élevages intensifs et récemment arrestation d’un trafiquant de chiots dans le Pays de Bitche. Ce matin on s’intéresse aux dérives des élevages avec l’association mosellane Protection et Action pour les Chiens.

Votre association lutte contre la maltraitance et le trafic de chiots. Comment agissez-vous ?

Nous travaillons principalement contre le trafic de chiots en milieu d’élevage ou des marchands de chiens. On fouille pendant des jours ou des semaines afin de récolter un maximum de preuves pour monter un dossier recevable par le procureur du TGI en question. Chaque association travaille pour un objectif. Le nôtre c’est de lutter contre les usines à chiots françaises et la vente de chiots en animalerie et en salon. C’est pourquoi on donne des conférences depuis un an pour informer au maximum le public concernant ces types de ventes.

Il y a peu, un trafiquant a été arrêté à Bitche et d’ailleurs concernant cet individu vous aviez déposé un dossier au TGI, comment ça s’est passé ?

Il y a 4 ans on a reçu plusieurs témoignages de propriétaires de chiots malades voir décédés, qui nous signalaient cet individu. On a creusé sur ce marchand de chien et en février 2017 on a envoyé un dossier contre l’individu en question pour informer le procureur des faits que nous avons constaté. Nous avons demandé un contrôle minutieux des services vétérinaires de la DDTP du département.

Vous êtes actuellement en train de monter un dossier au niveau national pour montrer les dérives de l’élevage, alors justement ces dérives c’est quoi ?

Il faut savoir qu’en France il existe des usines à chiots : 200, 300, 600 reproductrices. Ca, c’est tout ce qui fournit les animaleries. Il y a en moyenne 1 employé pour 80 chiens. Ces femelles reproductrices vivent en box toutes leurs vies, et reproduisent jusqu’à épuisement sans la moindre compassion. Dans la plus part des cas elles sont négligées. Les chiots sont mal sociabilisés, les contrôles sont rares ou inexistants, les éleveurs ou les marchands de chiens ont déjà été condamnés mais continuent d’exister. Un chiot que l’on peut acheter en 10 minutes en ligne ou en salon, devient un animal objet et donc ça déculpabilise l'abandon.

Avant d’adopter un animal dans un élevage, que faut-il regarder, car il y a tout de même des élevages qui sont très sérieux et dans les règles ?

En France il y a heureusement de très bons éleveurs. Pour trouver un bon éleveur on peut se renseigner dans les clubs de races. Il faut ensuite regarder le nombre de chiens, ça doit être raisonnable. Regarder si les parents ont étés dépistés pour les maladies héréditaires ou génétiques. L’éleveur peut vous fournir les résultats de ces tests. Si l’éleveur vous donne un maximum de conseils sur la race, sur les besoins du chien en question, s’il vous pose des questions sur votre façon de vivre pour voir si ça correspond bien à la race. Surtout pas de rendez-vous sur un parking de fast-food ou dans une gare pour acheter un chien.

 

 

 

Radio Mélodie

| mardi 25 février 2020 à 09:00

La Mélodie Family

Recette : Frites light maison

01/04/2020

La Mélodie Family

Recette : Cookies

31/03/2020

La Mélodie Family

Chronique végétale : La rose

31/03/2020

La Mélodie Family

Home-Made : Nettoyant multi usage maison

30/03/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.