Environnement

Plus de 2 millions d’abeilles sont arrivées à Rhodes en Moselle-Sud


par Cédric Kempf
jeudi 21 octobre 2021 à 05:06

Plus de 2 millions d’abeilles sont arrivées à Rhodes en Moselle-Sud.

Elles entrent dans un programme proposé par l’Unesco, Guerlain et l’Observatoire Français d’Apidologie. Et c’est Dorothée Singer qui porte ce projet sur ce territoire.

Son N°1 - Plus de 2 millions d’abeilles sont arrivées à Rhodes en Moselle-Sud

Cette passionnée de chevaux fait partie de la première promotion de l’opération « Women for bees ». Le but étant de créer un réseau d’apicultrices qui sauvegarde notre biodiversité. Avec 50 ruches et plus de 2 millions d’abeilles, Dorothée a plusieurs projets.

Je me suis rapproché du Parc Naturel Régional de Lorraine pour faire de la plantation de haies et de l'agroforesterie, donc plantation de haies avec des essences mellifères pour les abeilles. Du côté des chevaux, des essences fourragères.

Dorothée veut voir les impacts sur la biodiversité au domaine des Bachats et les communiquer dans son réseau. Mais ça ne s’arrête pas qu’à ça.

Au printemps mon objectif c'est de les transhumer, donc les faire bouger, les emmener dans des endroits où elles auront beaucoup de nourriture. Je pense notamment à CenterParcs pour faire du miel de sapin et l'autre partie va rester pour faire du miel de prairie.

La production de miel en France doit aussi pour reprendre du poil de la bête puisqu’entre 2015 et 2019 celle-ci a été divisée par 3, passant de 32 000 à 10 000 tonnes.

Pour Jean-Christophe Tixier de l’Observatoire Français de l’Apidologie, ce territoire est fait pour les abeilles.

C'est un territoire qui est vraiment exceptionnel, là je vois le trèfle qui est extraordinaire pour le développement d'une colonie et ensuite on peut imaginer du lierre dans les arbres, c'est vraiment exceptionnel. C'est un territoire que beaucoup d'apiculteurs envieraient à Dorothée.

90% des espèces végétales ont besoin de pollinisateurs. Ça tombe bien. Mais ce programme vaut à l’international et le réseau dont on parlait reliera des apicultrices du monde entier.

Avec un double intérêt, c'est développer et renforcer la biodiversité dans le monde entier, et le réseau qui va se créer puisqu'on a des cultures différentes, on a des aspirations différentes mais on a une valeur commune.

Cette valeur c’est celle de s’engager pour défendre le rôle crucial pour la sécurité alimentaire de la planète.