Initiative

Oeting : des savons pour le bien de la planète


par Camille Bazin
lundi 20 décembre 2021 à 06:08

Les produits locaux ont la cote pour les fêtes de fin d'année. Cédric Einsitel, 49 ans, et originaire d’Oeting fabrique et commercialise depuis 2014 ses savons. Cette année, il a été labellisé qualité MOSL. (Un reportage réalisé cet été)

Des ingrédients naturels et bons pour la planète

C’est pour retrouver la sensation d’autrefois, qu’il y a 7 ans, Cédric Einsitel s’est lancé dans la fabrication de savons.

Son N°1 - Oeting : des savons pour le bien de la planète

J’avais toujours la peau qui me tirait, ça me démangeait et je me disais, c’est bizarre parce que quand j’étais enfant, je n’ai pas le souvenir que ça me donnait ce type de sensation. Donc, du coup, je suis allé acheter du savon dans le commerce, et j’avais toujours la même sensation. On s’est dit que c’était l’eau qui était calcaire, c’est ce que tout le monde dit. Les années sont passées et un jour, je suis allé voir ma grand-mère et je lui ai demandé, avec quoi la Oma nous lavait. Elle m’a répondu que c’était le savon qu’elle faisait elle-même. Donc du coup j’en ai fait et je suis sorti de la douche et je me suis dit que ce n’était pas l’eau qui est calcaire.

À partir de là, il a étudié d’un peu plus près la cosmétique pour pouvoir proposer ses savons à la vente.

Son N°2 - Oeting : des savons pour le bien de la planète

J’ai refait des savons vraiment à l’ancienne comme ma grand-mère, mais pour être honnête les gens ne sont pas prêts parce que la texture n’est pas du tout la même qu’on connaît. C’est beaucoup plus mou, c’est noir parce que c’est fait avec de la cendre et donc du coup, j’ai réadapté ça à la société d’aujourd’hui avec du 100% naturel.

Sa gamme, composée d’une dizaine de savons différents, est donc composée principalement d’huiles végétales bio, comme l’huile d’olive ou l’huile de coco, auxquelles il ajoute d’autres ingrédients.

Son N°3 - Oeting : des savons pour le bien de la planète

Par exemple, le Chanvrisme, c’est de l’huile de chanvre. Sur le Bonne Humeur, je vais enrichir avec deux huiles : l’avocat et le jojoba. L’Oetingeois, il est enrichi à l’avocat.

Un but écologique

Du choix des ingrédients, à la méthode de fabrication jusqu’à la production de déchets, l’ancien technicien High Tech chez Toyota fait tout pour faire de ses savons un produit écologique.

Son N°4 - Oeting : des savons pour le bien de la planète

L’avantage, c’est que les savons à froid sont non-polluants à fabriquer, c’est non-polluant pour le corps puisqu’il n’y a plus de produit chimique et c’est non-polluant au rejet, c’est totalement biodégradable.

Et c’est aussi pour ça que les savons sont vendus sans emballage.

Cédric Einsitel travaille également avec d’autres producteurs locaux. Il propose un savon au lait de chèvre en collaboration avec la Chèvrerie de l’Est à Diebling et un savon au miel grâce à plusieurs apiculteurs du coin.

« Il faut éduquer les gens »

Alors que l’Oetingeois a commencé son activité depuis 2014 et que ces dernières années, le naturel et le zéro déchet semblent de plus en plus séduire les consommateurs, Cédric se rend compte que c’est difficile de faire changer les mentalités.

Son N°5 - Oeting : des savons pour le bien de la planète

Les gens aimeraient qu’on fasse des produits 100% naturels, mais qui soient comme des produits industriels. La grande distribution a tellement habitué les gens à un style, même le packaging. Les gens sont tellement habitués à ça qu’ils ont du mal à basculer sur autre chose.

En plus de ses savons Cédric Einsitel, propose aussi un baume. Il travaille à la réalisation d’un savon liquide, d’un shampooing et d’un déodorant.

Pour le moment, sa cuisine sert d’atelier, mais un local est en cours en construction dans son jardin. Il espère très prochainement pouvoir s’y installer pour fabriquer et commercialiser ses savons. En attendant, vous pouvez acheter ses savons dans différents points de vente ou en le contactant directement au 06 27 88 15 28.