Initiative

Meisenthal : les jouets en bois du Père Michel


par Camille Bazin
vendredi 24 décembre 2021 à 05:36

Pour Noël, chaque année à Meisenthal, Michel Muller, alias le père Michel ouvre les portes de sa boutique. Depuis qu’il a pris sa retraite en 2003 il passe plusieurs heures par jour dans son atelier à fabriquer des jouets en bois.

Son N°1 - Meisenthal : les jouets en bois du Père Michel

Entrer dans la boutique du père Michel c’est un peu comme faire un voyage dans le temps. On y trouve des avions, des camions, des maisons de poupées ou encore des toupies le tout en bois et entièrement fait à la main.  

J’ai commencé à fabriquer des jouets lorsque mes petits-enfants avaient 2 ou 3 ans. Le petit garçon m’a dit « papi fais-moi un avion » et la petite fille « papi fais-moi une maison de poupée ».

Un jouet en amenant un autre, Michel Muller a continué à fabriquer des jouets. En 2009 il a monté son entreprise et ouvert sa boutique. L’inspiration, il la trouve dans tout ce qui l’entoure.

À la télévision, dans les journaux ou lors de mes sorties dans les musées et puis ça donne des idées. C’est des idées le matin de se dire je vais faire ça aujourd’hui.

 

Nous avions rencontré le Père Michel dans son petit atelier de 15m² durant l'été 2020. Ce jour-là, il confectionnait un joueur de foot articulé.

Je me suis aussi passionnée pour les jouets qui bougent. C’est un petit jouet à pousser et en le poussant on a l’impression que le bonhomme tape dans un ballon de foot.

 

Chaque jouet dans la boutique est unique et possède le pouvoir de faire ressortir l’enfant qui sommeil au fond de chaque adulte.

En voyant ces jouets ça réveille quelque chose chez l’adulte, voir plus que chez l’enfant actuellement. L’adulte revient vers son enfance, vers ce jouet, vers l’imaginaire.

En 18 ans, le père Michel a déjà fabriqué plus de 650 avions, 300 camions et 3000 oiseaux. En 2020 il n'avait pas ouvert sa boutique au public en raison du contexte sanitaire. Cette année, il a pu profiter du passage des nombreux visiteurs qui se sont rendus au centre internation d'art verrier durant le mois de décembre.