Actualité

Mondial Air Ballons : On s'envole avec Pauline, 26 ans et déjà 9 années de pilotage


par Margot Benabbas
vendredi 30 juillet 2021 à 11:23

Mondial Air Ballons : On s'envole avec Pauline, 26 ans et déjà 9 années de pilotage

A Chambley, entre Metz et Nancy, le Mondial Air Ballons touche à sa fin. Jusqu’à dimanche, les visiteurs vont pouvoir admirer les montgolfières du plus grand rassemblement au Monde. Nous avons participé à un vol avec Pauline, pilote qui vient de Kuntzig près de Thionville.

Son N°1 - Mondial Air Ballons : On s'envole avec Pauline, 26 ans et déjà 9 années de pilotage

Enfin ! La météo était assez bonne ce matin pour pouvoir voler. Avant aujourd’hui, seuls 6 envols avaient pu être réalisés sur 1 semaine. On s’élance donc haut dans le ciel avec Pauline Colin. A 26 ans, ça fait déjà 9 ans qu’elle pilote des montgolfières.

C'est une histoire de famille, mon père est pilote, ma grande soeur est pilote et maintenant j'ai même mon beau-frère qui est pilote. Moi j'ai dû attendre l'âge de 6-7 ans avant d'avoir montern pour avoir la taille légale. Une fois que je suis montée dedans je ne voulais plus en descendre. 

 

Le soleil à peine levé, on survole des champs de tournesol et on a une vue incroyable sur tous les autres ballons dans le ciel. Pauline, elle pilote. Et c’est tout une technique.

Pendant tout le vol on a un brûleur qu'on actionne qui va faire une flamme qui va chauffer l'air du ballon. C'est ce qui nous permet de monter. On utilise aussi ce brûleur pour éviter de descendre trop vite. En l'air on doit gérer, ici au Mondial Air Ballons, tous les ballons autour de nous, on est quand même un sacré nombre ! C'est beaucoup de sécurité et beaucoup de concentration. Nous, notre seul moyen de nous diriger c'est monter ou descendre. On doit uniquement jouer avec les vents. Donc là je ne peux même pas vous dire où on va atterrir.  

Cette année il y a un peu moins de monde au Mondial Air Ballon, mais d’habitude, l’événement accueille près de 1000 pilotes et 500 000 visiteurs. Pour y participer, il faut avoir son brevet de pilote et avoir déjà quelques heures de vol au compteur et plusieurs décollages.

J'en suis à 420 heures et environ 400 décollages. 

Grâce à son activité de pilote, Pauline a pu participer au GEMAB bien sûr mais elle a aussi déjà pu survoler des montagnes avec notamment un vol en face du Mont Blanc.

*Propos recueilli par Camille Bazin lors d'un vol organisé par Moselle attractivité.