Société

Les trottinettes électriques Bird débarquent à Saverne et reviennent bientôt à Sarreguemines


par Margot Benabbas
mardi 17 mai 2022 à 08:19

Les trottinettes électriques en libre-service Bird sont arrivées à Saverne. Avant ça, elles étaient déjà implantées dans une autre ville du secteur : Sarreguemines.

Son N°1 - Les trottinettes électriques Bird débarquent à Saverne et reviennent bientôt à Sarreguemines

Antoine Picron – directeur du développement de Bird France

Pourquoi Saverne ? Est-ce que c’était une demande de la municipalité ? Est-ce que ça peut marcher ?

On a travaillé avec un porteur de projet local et la ville de Saverne pour mettre en place le service. La ville de Saverne était intéressée donc a l’a accompagnée pour mettre en place ce service depuis hier à Saverne. L’objectif c’est de fournir une alternative à la voiture individuelle sur une expérimentation de 6 mois avec différents types d’utilisation : pour aller au travail, pour aller vers du commerce de proximité ou tout simplement des déplacements de loisir. Au cours de ces 6 mois, des bilans réguliers vont être faits avec la ville de Saverne pour voir comment améliorer le service, s’il y a des besoins d’ajustement, voir si le service fonctionne et si les habitants de la ville de Saverne l’utilisent.

Est-ce que c’est le même dispositif finalement que celui qu’on connaît déjà à Sarreguemines où y a-t-il des différences ?

C’est le même fonctionnement que le système mis en place à Sarreguemines : vous téléchargez l’application Bird, créez un compte, scannez le QR code de la trottinette électrique, suivez un tutoriel qui vous rappelle les règles de sécurité à respecter et ensuite vous circulez dans la ville avec votre trottinette électrique et vous la stationnez uniquement dans l’un des points de stationnement pré-identifiés avec la ville de Saverne.

La différence c’est qu’à Saverne on a 75 trottinettes électriques, à Sarreguemines on en a 150. On est sur la même tarification, vous payez 1€ pour débloquer la trottinette électrique ensuite c’est 25 centimes à la minute. Pour les utilisateurs réguliers il y a des formules à la journée et au mois.

Revenons à Sarreguemines, une ville de taille moyenne avec 20 000 habitants. Est-ce que les trottinettes électriques y étaient beaucoup utilisées ? Êtes-vous satisfait des mois où vous avez proposé ce service dans la ville ?

On a lancé le service en juin 2021 à Sarreguemines avec une très forte utilisation sur les 6 premiers mois : plusieurs milliers de trajets, plus d’un millier d’utilisateurs avec des trajets en moyenne de 2km. On a étendu la période d’exploitation du service avec la ville de Sarreguemines sur 1 an, avec un service qui s’est mis en pause pour la période hivernale – début du printemps – et qui devrait redémarrer à la fin du printemps et au cours de l’été. On a une utilisation des trottinettes électriques qui est plutôt cyclique : on les utilise plutôt au printemps et à l’été, un peu à l’automne et un peu moins à l’hiver.

Les trottinettes ne sont plus en place actuellement à Sarreguemines à cause d’un souci avec l’un de vos partenaires pour mettre en place les trottinettes dans la ville. Quand est-ce qu’on va les retrouver ?

C’est réglé. C’est-à-dire qu’effectivement le premier gestionnaire de flotte avait souhaité se retirer au cours de la période hivernale parce qu’il y avait beaucoup moins d’utilisation. Aujourd’hui nous avons identifié plusieurs gestionnaires de flotte potentiels. On continue d’en chercher mais on devrait relancer le service à partir du mois de juin.

D’autres projets d’implantation dans des villes en Moselle, dans le Bas-Rhin ?

C’est le pari qu’a fait Bird ces deux dernières années, c’est-à-dire qu’on se développe dans de grandes métropoles mais on s’intéresse également à des villes dites de taille moyenne : on pourrait lancer le service dans des villes comme Saint-Avold, Haguenau, qui font partie des villes où on pense qu’il y a une demande de solutions de mobilités alternatives à la voiture individuelle.