Actualité


''J’ai actionné le mode guerrière'' : Nadine, 31 ans, nous raconte son combat contre le cancer du sein

''J’ai actionné le mode guerrière'' : Nadine, 31 ans, nous raconte son combat contre le cancer du sein

Photo : Camille Bazin

En ce mois d’octobre placé, comme chaque année, sous le signe de la lutte contre le cancer du sein, nous avons rencontré Nadine Nanty. Cette jeune femme de 31 ans vit à Hambach. Il y 8 mois, on lui a dépisté un cancer du sein, elle nous raconte.

Il y a un an, alors qu’elle prend sa douche, Nadine sent une grosseur dans son sein. Dans le doute, elle décide de prendre rendez-vous chez sa gynécologue. Après plusieurs semaines d’attente, le rendez-vous arrive et le premier avis médical tombe.

Quand j’y suis allée elle m’a quand même dit qu’il fallait faire une mammographie pour être tranquille. Donc deux semaines après j’ai fait la mammographie et là le médecin m’a dit, sans prononcer le mot cancer, il faut faire une biopsie il y a des cellules border-line.

La semaine d’après, Nadine a donc fait sa biopsie et c’est là que le diagnostic est tombé : cancer du sein.

Je me suis pris un gros coup de massue en pleine tête. J’entendais le médecin parler mais je n’étais plus là. C’est comme si j’étais à côté de mon corps en train de subir la chose. Je m’étais préparée à avoir une mauvaise nouvelle mais finalement on n’est jamais préparé à ce genre de chose.

Après le choc arrive l’acceptation.

Au tout début, deux jours après l’annonce, j’ai craqué. En parlant avec quelqu’un les larmes sont venues et ça m’a fait du bien. Tout le choc est sorti et puis je crois que d’un coup j’ai actionné le mode guerrière qui est au fond de moi et j’ai pris ça à bras le corps et depuis ça se passe très bien. J’ai le moral, je n’ai jamais eu de bas, toujours bien entourée de ma famille et de mes amis.

Durant six mois Nadine a donc suivi des séances de chimiothérapie mais pour éviter tout risque de rechute, les médecins lui conseillent l’ablation du sein.

J’aurais bien aimé garder le sein et qu’on m’enlève juste la tumeur mais ça c’était impossible. Le chirurgien m’a clairement dit que s’il me faisait ça, ça serait criminel de sa part car il y aurait encore des restes de cellules cancéreuses et si c’est pour recommencer ça dans quelques années ce n’est pas la peine. Je me dis que c’est un mal pour un bien. Je l’ai accepté en fait et quand on accepte les choses ça passe quand même mieux.

Comme elle le raconte, la jeune femme a « enclenché son mode guerrière » et traverse les différentes étapes avec courage. Elle se souvient notamment du moment où elle a commencé à perdre ses cheveux.

Un soir ça me grattait un peu la tête. Quand les cheveux commencent à tomber ça démange, j’ai gratté et là quand j’ai regardé mes mains j’ai vu qu’il y avait des cheveux qui sont restés alors je suis allée voir dans le miroir et j’avais un trou. Là il y a quelques larmes qui sont venues parce que je me suis dit : ça y est ça commence.

Nadine achète alors une perruque, qu’elle ne mettra finalement que très peu. La jeune femme a maintenant commencé les rayons pour éviter que de nouvelles cellules cancéreuses se développent.

Aujourd’hui elle veut communiquer et raconter son histoire afin que toutes les femmes prennent conscience de l’importance du dépistage. En attendant elle continue de se battre contre le cancer et d’ici un an elle pourra envisager une chirurgie réparatrice.

Camille Bazin

| mercredi 14 octobre 2020 à 17:56 - Mise à jour le 15 octobre 2020 à 13:31

Actualité

« Nous allons vers la mort des commerçants », à Sarreguemines les décisions du gouvernement ont du mal à passer

29/10/2020

Actualité

Sarreguemines : les restaurateurs en colère et résignés

29/10/2020

Actualité

Hambach : Le sourire de Nadine comme arme contre le cancer du sein

27/10/2020

Actualité

Altwiller : De la bière artisanale et familiale

27/10/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.