Actualité


Leach : Syndicats et direction ont trouvé un accord

Leach : Syndicats et direction ont trouvé un accord

Photo : Google street view

Un peu plus d’un mois après le début des négociations autour des annonces de départs de 51 personnes au sein de l’entreprise de Sarralbe, un accord de plan de rupture conventionnelle collective a été signé ce mercredi.

Début octobre dernier, les 350 salariés de l’Usine Leach de Sarralbe apprenaient la suppression de 51 emplois d’ici l’an prochain.

La direction avait alors exprimé sa volonté de mettre en place un plan de rupture conventionnelle collective. Les salariés exprimant leur souhait de partir, pouvaient être aidés financièrement en cas de présentation de projet.

Un mois après le début des négociations, qui planchaient autour des conditions de mise en place de ce plan de RCC, les syndicats ont accepté de signer un nouvel accord proposé il y a une quinzaine de jours par la direction comme l'explique Bruno Vinckel, représentant du syndicat CFE-CGE :

On a pris l’accord, on l’a analysé. Il était plus en adéquation avec nos attentes. Ça commençait à ressembler davantage à un accord de RCC et le cabinet qui nous accompagnait nous a conforté dans ce sens.

Dans la première version de l’accord proposé, environ 40 départs volontaires étaient attendus. Un chiffre abaissé à 20 et donc plus atteignable selon les syndicats. Ces derniers, en acceptant l'accord, ont aussi voulu éviter la menace de départs contraints. 

La question est désormais d’accompagner ces salariés qui n’ont pas tous un projet solide.

Il y a aujourd’hui une petite poignée de salariés, entre 25 et 30 qui seraient intéressés mais la question est autour des projets viables. Je pense que c’est plus un aspect psychologique, ils veulent rester maîtres de leur carrière, de leur façon de gérer leur vie et ne pas subir un PSE. Et je pense qu’il y a beaucoup de gens qui veulent lever la main en se disant « je trouverai et je resterai décisionnaire de ce qui m’arrive et donc ces gens n’ont pas de réel projet et en ce sens il va falloir travailler le sujet.

 

Un Plan de Sauvegarde de l'Emploi décidé ou non en janvier 

L’appel aux candidatures commence aujourd’hui et se déroulera jusqu’au 15 janvier avant étude. Les salariés de Leach ayant émis le souhait de partir entreront en congé de mobilité à partir de début février.

Et derrière ces départs, plusieurs points ont aussi été discutés. Parmi eux, un meilleur accompagnement financier des salariés souhaitant réaliser une formation dans le cadre d'un nouveau projet.

En effet, le congé de mobilité (visant un retour à un emploi stable) devait commencer à la fin des candidatures et prendre fin huit mois après, en septembre. Un délai non accepté par les syndicats.

Si la formation ne débutait pas dans ces 8 mois, elle n’était pas prise en charge par l’entreprise. On a souhaité que ce soit le cas au moins jusqu’au 31 décembre 2021 pour que les gens qui aient envie de faire une formation qui déboucherait sur septembre-octobre, en aient une qui soit quand même prise en charge par l’entreprise.

Désormais les syndicats espèrent que la direction reviendra sur la volonté de supprimer 51 emplois et sur la mise en place d’un Plan de sauvegarde de l’emploi.

On espère que la direction, face aux efforts fournis, reviendra vers nous dans de bonnes conditions s’il devait y avoir une suite, et on espère qu’il n’y en aura pas. On souhaiterait franchement que le PSE que l’on nous a secoué devant le visage comme un épouvantail ne se réalise pas.

Pour Yves Ancel, directeur des ressources humaines, la décision se prendra après le 15 janvier :

Vingt étant le minimum pour que l’accord puisse se déclencher, nous pensons que nous aurons plus de volontaires. Nous pouvons cibler jusqu’à 40 volontaires voire plus. Et au terme de l’accord on pourra voir l’ensemble des volontaires. Il faudra faire un bilan et que l’on prenne une décision, voir si il est nécessaire ou pas de recourir à des départs contraints.

Et la direction s’est quant à elle montrée satisfaite de l'issue des négociations.

On est content. Ça montre que malgré des difficultés dans les négociations il y a du dialogue social. Et on est content pour les salariés qui pourront bénéficier volontairement de ces dispositifs là. C’est toujours mieux dans des situations compliquées comme on les connaît de recourir au volontariat et au dialogue social.

 

Laurie

| jeudi 19 novembre 2020 à 05:09 - Mise à jour à 05:26

Actualité

Sarreguemines a lancé ses illuminations de Noël !

28/11/2020

Actualité

Sarreguemines : les pompiers du GRIMP se testent pour 2021

28/11/2020

Actualité

Forbach : un Festival de l’Avent 100% numérique

28/11/2020

Actualité

Rémelfing : les producteurs locaux vous attendent ce dimanche

27/11/2020

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.