Société

Rentrée scolaire : encore 18 ouvertures et 4 fermetures de classe en Moselle


par Margot Benabbas
mardi 6 septembre 2022 à 08:21

Rentrée scolaire : encore 18 ouvertures et 4 fermetures de classe en Moselle

Comme à chaque rentrée, certaines écoles sont concernées par des ouvertures, d’autres par des fermetures.

Son N°1 - Rentrée scolaire : encore 18 ouvertures et 4 fermetures de classe en Moselle

Matthieu Risse, secrétaire départemental Snudi FO 57 (syndicat d’enseignants et AESH du premier degré)

Concernant la carte scolaire de cette année pour la Moselle, ce qu’on remarque c’est qu’il y a plus d’ouvertures que de fermetures, c’est une bonne chose on imagine ?

C’est vrai que dans les instances de rentrée 18 ouvertures ont été actées contre seulement 4 fermetures mais il faut nuancer. Je rappelle que la carte scolaire est faite en 3 temps, la carte principale en janvier/février et puis ensuite les ajustements en juin et en septembre après le comptage du jour de la rentrée. Cette année on avait une dotation ministérielle de 9 postes pour le département sachant qu’on avait l’augmentation des effectifs des décharges de direction qui coûtaient déjà 26 postes, qu’il fallait poursuivre le dédoublement des grandes sections en éducation prioritaire et au final on se retrouve avec tous ces dispositifs avec bien moins de classes en Moselle qu’à la rentrée dernière. Si on a pu faire des ouvertures pour cette rentrée c’est parce qu’on avait mis des postes en réserve en janvier et avril. C’est pour ça qu’on a pu faire plus d’ouvertures que de fermetures. Mais pour nous chaque fermeture reste une fermeture de trop.

Quels sont les critères qui déterminent les ouvertes et les fermetures ? 

C’est l’échelle d’observation qui est utilisée par le directeur académique. On divise le nombre d’élèves qu’une école par le nombre de classe et on obtient une moyenne. Il ne faut pas dépasser un certain nombre d’élèves par classe après une fermeture ou atteindre ce nombre pour espérer une ouverture. Ces seuils sont différents selon qu’on soit en école prioritaire ou non. Et puis après il y a un autre critère c’est que depuis l’année dernière le ministère a demandé qu’on ne dépasse pas 24 élèves en grande section CP-CE1, ce qui, dans la pratique oblige parfois les inspecteurs à proposer des organisations pédagogiques pour ne pas les dépasser. Donc ça fait parfois des organisations un peu compliquées. C’est un système qui garantie une certaine équitée mais après, dans les faits, c’est quand même totalement différent qu’on soit dans un cours multiple ou pas, qu’on ait des élèves en situation de handicap dans la classe…

On remarque que dans les ouvertures il y a des « ouvertures provisoires », c’est le cas par exemple de l’école primaire de Falck ou encore de Seingbouse, qu’est-ce que ça signifie ?

Ça c’est une nouveauté, avant ça on ouvrait ou on fermait une classe. C’est un peu de la gestion au jour le jour. L’ouverture n’est actée que pour un an, ce qui fait que on est sûr qu’à la fin de l’année la classe disparaît alors que pour une ouverture classique, la classe reste ouverte tant que la fermeture n’est pas prononcée. Typiquement sur ce genre de poste, il y a fort à parier qu’on va mettre des contractuels dessus.

Vendredi, les parents d’élèves de Grundviller se sont mobilisés contre la fermeture d’une classe dans leur école, qu’en est-il pour eux ?

Oui c’est vrai qu’ils étaient mobilisés encore hier matin. On était avec eux. Alors Grundviller c’est très particulier parce que l’enseignante a été déplacée avant même que les instances de carte scolaire aient lieu. Ce qui fait que sa classe était encore ouverte mais on lui avait demandé d’aller ailleurs. Pour nous c’est scandaleux. Là c’est une situation où on a 20 élèves de moyenne par classe avec 2 cours quadruples et des élèves de CP qui se retrouvent en maternelle et puis un autre quadruple niveau avec des CE1 qui ne doivent pas dépasser 24, mais là on est pile à 24 et puis ça va jusqu’au CM2. Tout ce qu’on a obtenu à Grundviller c’est la promesse qu’une enseignante viendra en renfort deux matins par semaine. Par contre la classe, on n’a pas réussi à obtenir le maintien.

L’autre sujet de cette rentrée c’est la pénurie de professeurs, qu’en est-il en Moselle ? Est-ce qu’il manque des effectifs dans nos écoles ?

Je rappelle qu’il y a 18 ouvertures qui ont été prononcées dans les instances de carte scolaire, on sait que déjà avant ça il y avait de nombreux remplaçants qui étaient sur des remplacements à l’année parce qu’il manquait du monde sur un certain nombre de postes et ça malgré le recrutement de plus de 50 contractuels pour cette rentrée. Alors il reste encore quelques collègues à appeler sur les listes complémentaires des concours de recrutement mais ça ne suffira pas quand on sait qu’environ 1 contractuel sur 2 démissionne après quelques semaines, on peut vraiment s’attendre à une situation très compliquée rapidement.