Société

Moselle : Le 80km/h reste la règle sur les routes départementales… pour le moment


par Camille Bazin
mardi 20 septembre 2022 à 05:20

Le 80km/h reste la règle sur les routes départementales… pour le moment
Photo : Shutter Stock

Depuis 1er août 2022, les départements qui le souhaitent peuvent repasser les routes départementales à 90km/h au lieu des 80km/h. En 2018, le président du Département Patrick Weiten s’était opposé à l’abaissement de la vitesse, pourtant rien n’a changé pour le moment. C’est parce que ce n’est pas si simple que ça.

Depuis cet été, la règle du code de la route est la suivante, « la vitesse règlementaire sur les départementales est de 80km/h, sauf dérogation ». Cette subtilité engendre déjà un frein pour Patrick Weiten, président du Département de la Moselle.

Son N°1 - Le 80km/h reste la règle sur les routes départementales… pour le moment

A chaque fois qu’on voudra passer à 90km/h il faudra planter un panneau et lorsqu’il n’y a pas de panneau ce sera 80km/h donc vous imaginez, cela représentera une quantité de panneaux importante à mettre en place sur les routes départementales.

Car en effet, les départements ne peuvent pas décider de tout simplement repasser toutes les portions à 90km/h, il y a des règles.

Son N°2 - Le 80km/h reste la règle sur les routes départementales… pour le moment

Il y a des exigences en matière de largeur, en matière de fréquentation, d’accidentologie et de mortalité.

Si le débat n’est plus forcément à l’ordre du jour, Patrick Weiten affirme qu’il le sera à nouveau et qu’une décision sera prise avant la fin de l’année.

Les routes nationales, bientôt compétence du Département ?

Autre dossier, concernant les routes, à l’ordre de cette rentrée : les routes nationales. Tous les départements de France ont jusqu’au 30 septembre pour décider s’ils récupèrent la compétence des routes nationales. Concernant la Moselle, ça représente 197 kilomètres de route.

Son N°3 - Le 80km/h reste la règle sur les routes départementales… pour le moment

Nous avons à nous exprimer d’abord, et puis ensuite ça sera à la Région de prendre la suite pour les routes que nous ne souhaitons pas récupérer. Nous avons une réflexion qui est portée aujourd’hui par les services départementaux pour voir dans quel état sont ces routes, quelles sont les compensations financières, puisque cela passe par des compensations financières que l’État apportera au Département pour assumer ces 190km de routes nationales que nous aurons à gérer. Nous apporterons les réponses et ensuite on entrera en négociation avec l’État et avec la Région.