Insolite

Valmont : A 17 ans, Nicolas Kessler jongle entre la scène et le lycée


par Margot Benabbas
mercredi 14 septembre 2022 à 09:17

A 17 ans, Nicolas Kessler jongle entre la scène et le lycée

A Valmont, Nicolas Kessler est passionné par l’animation depuis tout petit ! A 17 ans, il présente un spectacle où il fait le clown, de la magie, il chante, danse et joue la comédie.  

Son N°1 - A 17 ans, Nicolas Kessler jongle entre la scène et le lycée

C’est entre deux heures de cours au lycée Poncelet de Saint-Avold que nous avons rencontré Nicolas. D’apparence timide, le jeune élève de terminal STMG se révèle quand il est sur scène.

Magie, danse, chant, comédie, transformisme, maquillage… Tous les jours je répète, je suis à la recherche de nouvelles idées, je suis tout le temps en train de créer des accessoires loufoques. Il y a vraiment beaucoup d’heures de travail par jour.

Tout ça, il l’a appris presque entièrement seul, en s’inspirant de certains artistes. Et ça a commencé tout petit…

A 3 ans, mes parents m’ont emmené au cirque et j’ai vu des drôles de personnages qui faisaient des grands gestes avec un gros maquillage et je me suis dit que c’était ça qui me plaisait. Faire rire les gens c’est un beau métier. Et du coup, de fil en aiguille, j’ai commencé à piquer le rouge à lèvre de ma grand-mère, faire des nez rouges, des maquillages, créer des numéros…

Une histoire de famille...

Dans ses créations, il y a surtout un personnage phare…

Marcello, qui est un personnage inspiré de mon arrière-grand-père qui m’a beaucoup soutenu et qui m’a beaucoup aidé dans mes spectacles tout ça. Il m’a offert une arche avec un rideau comme dans les films. Il a appris à coudre exprès et pour mes 6 ans il m’a offert ça c’est le plus beau cadeau que j’ai eu de toute ma vie je pense. Du coup ce personnage de Marcello on le retrouve non seulement dans le matériel avec le pont et le rideau mais aussi dans le costume parce qu’il y a le manteau qui appartenait à mon arrière-grand-père, le nœud papillon, les traits de caractère aussi assez farceur et gourmand.

Son arrière-grand-père n’est d’ailleurs pas le seul membre de la famille à l’avoir soutenu dans ce projet de vie hors du commun.

Quelque part c’est un peu une affaire de famille tout ça parce que j’ai ma maman qui gère mes dates et mes messages sur Facebook. J’ai mon papa qui m’emmène, j’ai ma grand-mère qui coud mes costumes quand ça craque ou quand il y a des soucis. C’est une affaire de famille tout le monde est impliqué dedans.

''Personne ne pourra me stopper''

Nico le dit lui-même, il a toujours été un peu à part. A l’école, ça n’a pas toujours été évident.

En 6ème j’ai été un peu embêté à cause de ça mais ça ne m’a pas freiné. Je veux prouver aux gens qui m’ont embêté que c’est pas eux qui vont me faire arrêter quoi que ce soit et que la passion prend le dessus sur tout. Personne ne pourra me stopper.

Personne ne pourra l’empêcher de créer son entreprise et, il l’espère, de vivre de ses spectacles.