Actualité


Les salariés d’Altuglas en grève : l’entrée de la plateforme chimique de Saint-Avold bloquée

Les salariés d’Altuglas en grève : l’entrée de la plateforme chimique de Saint-Avold bloquée

Photo : Camille Bazin

Depuis 11h, ce mardi 16 mars, les salariés de l’entreprise Altuglas International de Saint-Avold bloquent l’entrée de la plateforme chimique. Cette entreprise, qui appartient au groupe Arkema, a été vendue au groupe Trinseo. Les organisations syndicales demandent une prime de cession et ne comptent pas reprendre le travail avant de l’avoir obtenue.

Une vente à 1,2 milliards d’euros

Fin décembre, le groupe Arkema a annoncé la cession d’une partie de ses activités au groupe américain Trinseo. Ça concerne plusieurs sites dont celui de Saint-Avold qui compte environ 120 salariés. Ici, sont fabriquées notamment des plaques de PMMA mieux connues sous le nom de Plexiglas. Le montant de la vente de toute cette filière par Arkema à Trinseo s’élève à environ 1,137 milliards d’euros.

Une inquiétude sur le long terme

Lors des discussions entre les dirigeants de Trinseo et les organisations syndicales, le groupe américain s’est engagé à maintenir les emplois et les rémunérations pour les 24 mois à venir. Pour Marc Draia, délégué syndical FO, ce n’est pas une garantie suffisante.

Son N°1 - Les salariés d’Altuglas en grève : l’entrée de la plateforme chimique de Saint-Avold bloquée

Au-delà des 24 mois, on ne se sait pas ce qui va se passer sachant qu’ils nous ont fait des propositions d’économies à hauteur de 50 millions de dollars sur 3 ans. Donc les deux premières années ok, mais la troisième, on ne sait pas.

De plus, les délégués syndicaux s’inquiètent pour le maintien des diverses primes et avantages dont ils pouvaient bénéficier avec Altuglas.

Son N°2 - Les salariés d’Altuglas en grève : l’entrée de la plateforme chimique de Saint-Avold bloquée

On avait des possibilités de mouvements, d’évolutions de carrières et aujourd’hui tout ça est perdu parce qu’il n’y aura pas d’autres usines appartenant au groupe en France. Arkema est très bien implanté en France alors que Trinseo ne l’est pas du tout du coup, il n'y aura que Saint-Avold.

 

Une prime de cession de 10 000€

Ce mardi, les organisations syndicales, FO, SUD, CFTC et CGE-CGC ont été reçues par la direction afin de discuter d’une prime de cession. Dave Henry, délégué syndical Sud Chimie.

Son N°3 - Les salariés d’Altuglas en grève : l’entrée de la plateforme chimique de Saint-Avold bloquée

On demande une prime de cession à hauteur à 10 000€. Après 1h30 de négociations, ils nous ont proposé une prime à hauteur de 1300€ par personne donc on a coupé court aux négociations. On estime qu’ils vendent un savoir-faire et ce savoir-faire à un prix.

Alexandre Tott est secrétaire général de l’union départementale FO Moselle. Il a fait le déplacement à Saint-Avold pour soutenir les salariés du site.

Son N°4 - Les salariés d’Altuglas en grève : l’entrée de la plateforme chimique de Saint-Avold bloquée

On considère à FO que les salariés ne sont pas une variable d’ajustement permanente. Un moment donné, dans une situation comme celle-là, y compris parce que le contexte économique est inquiétant, il y a une forme de préjudice d’anxiété pour les salariés qui sont ballotés de droite à gauche et qui ne savent pas de quoi sera fait demain en termes d’emploi, de carrière et de rémunération.

Pour le directeur d’Altuglas, David Mercier, la prime de 10 000€ est difficilement justifiable vu les garanties apportées par Trinseo.

Son N°5 - Les salariés d’Altuglas en grève : l’entrée de la plateforme chimique de Saint-Avold bloquée

On se rend compte que la rationalité derrière ces 10 000 €, on n’arrive pas à la mettre en évidence. Il n’y aura pas de pertes de salaires, il n’y aura pas de changements de statuts, il n’y aura pas de changements d’avantages sociaux. Néanmoins, la direction a proposé une prime ce matin de reconnaissance des efforts d’adaptation et de l’engagement des salariés sur les derniers mois vis-à-vis de l’incertitude qui avait pu être créée par ce projet de revente, ce qu’on peut comprendre. 

Les salariés sont donc partis pour une grève illimitée en attendant une meilleure proposition de la part de la direction. Quelques salariés restent sur site pour garantir la sécurité, mais la production est arrêtée.
Depuis un an, l’usine chimique tourne à plein régime grâce notamment aux nombreuses commandes de plaques « anti-covid ». 

Camille Bazin

| mardi 16 mars 2021 à 15:13 - Mise à jour à 17:33

Actualité

Brocantes, fête de la bière, yoga... les événements du week-end

31/07/2021

Actualité

Mondial Air Ballons : On s'envole avec Pauline, 26 ans et déjà 9 années de pilotage

30/07/2021

Actualité

Neuwiller-lès-Saverne (ep.4) : Les châtaigniers et les sentiers attirent

30/07/2021

Actualité

Bon plan : Randonnée au lac du Schiessrothried

30/07/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.