Actualité


Schopperten : Mamadou est devenu ''une partie intégrante de la famille''

Schopperten : Mamadou est devenu ''une partie intégrante de la famille''

On prend des nouvelles de Mamadou, un jeune Guinéen de 15 ans qui vit dans une famille d'accueil à Schopperten. Un an et demi après être arrivé chez les Durand il est devenu un véritable membre de la famille. Rencontre. 

Son N°1 - Schopperten : Mamadou est devenu ''une partie intégrante de la famille''

Mamadou ça fait maintenant un an et demi qu'il est chez nous, ça se passe même mieux qu'on ne l'avait imaginé au départ. 

Lauriane ne cache pas son bonheur quand elle parle de Mamadou. Elle, son mari et leurs deux enfants ont d'abord ouvert leur porte à l'adolescent et ils lui ont rapidement ouvert leur cœur.

Je me souviens, au début, les premières semaines, de temps en temps il retournait le week-end au foyer pour revoir ses copains. Et petit à petit, Mamadou nous manquait le week-end. Il partait, on mettait la table on avait son couvert et il était pas là ! D'un coup il devient une partie intégrante de la famille.

Si la famille s'est rapidement attachée à Mamadou, lui aussi s'est vite senti à sa place.

Je me sens très très bien ici 

Pour lui, être dans une famille d'accueil c'est bien mieux que de vivre en foyer.

Parce que moi quand je suis arrivé en France je suis resté au foyer pendant 8 mois et il y avait beaucoup de gars qui venaient du même pays que moi. On parlait que nos langues et on parlait pas français. 

Difficile pour le jeune homme de s'intégrer de cette façon. Mais depuis qu'il vit avec Lauriane et le reste de la famille, il a fait beaucoup de progrès dans l'apprentissage de la langue. Il a également découvert la culture française... à travers la cuisine !

Oui je sais cuisiner maintenant un peu les pâtes et les petits pois ! Et aussi les crêpes, ça je suis professionnel ! 

Mamadou fait donc des repas de chef et apporte également sa culture dans le foyer alsacien.

Il a apporté une nouvelle culture. C'est chouette. Mamadou vient de Guinée donc on a eu de la musique guinéenne de la cuisine guinéenne quand il est au téléphone on entend du parlé guinéen

Dans le foyer de la famille Durand, c'est comme si Mamadou était là depuis toujours. Les enfants sont devenus ses frères et Lauriane le voit aujourd'hui comme l'aîné.

On s'attend pas au début à vivre aussi vite un attachement pareil. On s'attend pas à avoir envie de donner son cœur à une personne qu'on ne connaissait pas avant en fait.

Un long chemin vers la nationalité...

Son N°2 - Schopperten : Mamadou est devenu ''une partie intégrante de la famille''

Au début, tout n'était pas simple pour Mamadou qui ne parlait presque pas le français, notamment à l'école.

Juste quand je suis arrivé c'était difficile. Parce que même les outils je ne savais pas comment dire "crayon", "règle" ou "gomme". 

Mais Mamadou s'est accroché et avec l'aide de sa famille d'accueil, il a fait beaucoup de progrès. L'adolescent est actuellement en 3ème prépa professionnelle au lycée Georges Imbert de Sarre-Union et se verrait bien devenir soudeur. Il pratique également l'athlétisme à Sarre-Union et quand il aura 16 ans il voudrait aussi devenir pompier volontaire.

Je peux faire directement pompier bénévole et pendant 6 mois tous les week-end je pars avec eux pour travailler. 

Mamadou avait déjà voulu devenir jeune sapeur pompier mais n'avait pas pu parce qu'il n'avait pas de papiers.

Quand je suis arrivé je n'avais aucun papier. Là j'ai tous les papiers qui sont demandés pour faire la nationalité. 

La nationalité française, Mamadou va pouvoir la demander à partir du mois de décembre. Avant ça, il a bien fallu qu'il mette la main sur tous ses papiers. Pour Lauriane qui accueille Mamadou chez elle, ça a été très difficile à vivre.

C'était compliqué déjà de récupérer dans son pays des papiers alors qu'il n'a plus de famille. Et aussi de voir Mamadou des fois être triste, se dire que jamais il n'arrivera à avoir des papiers, jamais peut-être il n'arrivera à faire sa vie en France alors qu'il est ici, il se projette sur son avenir. Emotionnellement c'est assez difficile.

Des inquiétudes qui n'empêchent pas Lauriane, son mari et leurs deux enfants d'être particulièrement heureux d'accueillir Mamadou dans leur foyer. Lui se sent à sa place parmi eux et tout simplement à sa place en France.

Moi, même là je crois que je suis déjà français. 

Margot Benabbas

| vendredi 21 mai 2021 à 06:55 - Mise à jour à 09:35

Initiative

Boulay : un tatouage comme ''point final'' après un cancer du sein

19/10/2021

Société

Sarralbe : l'interdiction de certaines couleurs inquiète Manuela, tatoueuse, et ses clients

19/10/2021

Economie

Agglo de Saint-Avold : un projet de rénovation pour lutter contre les vieux logements

19/10/2021

Politique

Moselle : les règles s'allègent mais le préfet appelle au maintien de la vigilance

18/10/2021

Voir la suite

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.