Actualité


Quel avenir pour le périscolaire de Sarreguemines ?

Quel avenir pour le périscolaire de Sarreguemines ?

Capture d'écran Google Street View

Situation délicate pour le périscolaire de Sarreguemines. Depuis quelques jours, l’OMAP qui gère la restauration et les activités périscolaires de la ville est en redressement judiciaire. La municipalité veut rassurer les parents, et se tient prête à envisager des solutions de continuité ou de reprises.

Un périscolaire depuis 2006 à Sarreguemines

En septembre 2006, la ville de Sarreguemines a décidé de mettre en place un périscolaire pour répondre aux besoins des enfants et des parents d’élèves. Il était assuré par le centre socioculturel jusqu’en décembre 2015. Ce dernier avait décidé d'y mettre un terme pour se concentrer sur son activité principale qui est le centre lui-même.

La ville avait donc lancé une délégation de service public courant 2015. L’OMAP avait proposé sa candidature. Une candidature jugée sérieuse. Donc à partir de 2016 c’est cet organisme qui a repris le flambeau.

Un nombre d’enfants en hausse

Le succès était là. Entre 2016 et 2017, les effectifs d’élèves inscrits au périscolaire ont augmenté considérablement. Notamment pour la restauration du midi. De 350 en 2016, on est passé à un peu plus de 400 en 2017.

L’OMAP est financé à hauteur d’un million d’euros annuel par la ville. Il compte 90 salariés à Sarreguemines, dont 30 temps plein, sur les différents sites. Trois sites pour la restauration à midi : centre socioculturel, ancien hôpital et cité. Deux sites pour les activités périscolaires : cité et ancien hôpital).

L’OMAP en redressement judiciaire

Malgré une hausse des effectifs, l’OMAP n’arrive pas à s’en sortir. Au mois de novembre, l’organisme informe la ville de Sarreguemines de ses difficultés financières. La municipalité a décidé de verser 30 000 euros supplémentaires à l’OMAP. Mais visiblement ça n’a pas suffit. L’OMAP est placé en redressement judiciaire.

Carole Didiot, adjointe au maire de Sarreguemines en charge des activités scolaires et périscolaires.

La ville se tient prête

Aujourd’hui, la municipalité de Sarreguemines est obligée d’attendre la décision du tribunal de Thionville. Une décision qui devrait intervenir courant du mois d’avril. Il y a de fortes chances qu’une liquidation judiciaire soit prononcée. Dans ce cas-là, la ville aura très peu de temps pour se retourner et pour réagir. Mais elle fera tout pour maintenir le service public. Deux solutions s’offrent à la municipalité.

Reste maintenant à attendre la décision du tribunal.

Julie Chaput

| lundi 19 mars 2018 à 19:03

Actualité

Rétromobile de Petite-Rosselle : Retour en image sur l'édition 2019

22/07/2019

Sport

Les affiches du second tour de la Coupe de France

22/07/2019

Actualité

Concours des Maisons Fleuries de Sarreguemines, les inscriptions sont lancées

22/07/2019

Actualité

Schorbach : cinq jeunes taguent des biens communaux

22/07/2019

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.