Initiative

Betting : l'ESAT réalise et vend ses propres parfums, mugs et bougies


par Cédric Kempf
jeudi 10 février 2022 à 05:48

L’ESAT Les Chènevières de Betting propose désormais ses parfums et bougies.

Les 105 travailleurs en situation de handicap ont du talent. Et ils le prouvent encore une fois avec des produits de qualité, alors qu’ils sont déjà sous-traitants de société comme SEW ou encore Juvamine. On s’est rendu sur place.

Son N°1 - Betting : l'ESAT réalise et vend ses propres parfums, mugs et bougies

L’ESAT de Betting travaille également pour Rania J à Paris pour confectionner des parfums. L’idée est donc venue de là. Pourquoi pas eux. Rania J a créé le produit, avec 9 senteurs différents, 6 pour femmes, 3 pour hommes. Stéphane Ben Si Amar est le moniteur principal.

Après ça part, donc cette formule, à Grasse, et c'est eux qui nous font le parfum. Effectivement chez nous, il vient en bidon de 20-25 litres et c'est nous qui le conditionnons dans des petits flacons.

Des parfums de qualité à prix abordables. Le flacon de 30mL est à 15 euros.

Pourquoi ? Parce qu'on n'est pas connu, on n'est pas Chanel, on n'est pas Dior, mais je veux dire, au niveau de la qualité, on s'y rapproche bien. C'est un vraiment parfum qui a une concentration entre 18 et 20%.

De la même façon, l’ESAT fait aussi ses propres bougies, pomme d’amour et fraise/rhubarbe. Françoise Boutter est monitrice d’atelier.

Il y a une personne qui coupe les mèches, il y a une autre personne qui les colle à l'aide d'un pistolet à colle à l'intérieur avec un gabarit. Ensuite, nous mettons la cire dans la chauffeuse à hauteur de 80 degrés pour que la cire puisse fondre. Et une fois que toute la cire est fondue, on met le parfum désiré dedans.

Après le brassage, Alexandra, une des 105 employés, s’occupe du reste.

Là, je suis en train de faire couler la cire, il faut peser 160 grammes dans le pot. Et puis après ça, il faut mettre de côté pour laisser reposer jusqu'au lendemain.

Après la vente en interne, l’objectif est de toucher le grand public. À partir d'aujourd'hui et jusqu’au 14 février, vous les retrouverez au centre commercial B’Est à Farébersviller pour vendre leurs produits.

On voudrait se faire connaître surtout à l'extérieur, on voudrait même essayer un jour, si l'on arrive, à toucher des CE (comité d'entreprise), pour pouvoir les vendre.

Leur parfum s’appelle Alium qui signifie « différent ». Mais les travailleurs en question ne sont pas si différents que cela.

Non, ils ne sont pas si différents que cela. Ils produisent un travail que beaucoup de personnes ne pourraient pas faire. Certaines personnes n'ont pas idée de ce qu'ils peuvent produire comme activité.

Les travailleurs de l’ESAT vous proposeront aussi au centre commercial des tasses personnalisables.