Culture

Pays de Bitche : Plus de 30 ans après, la passion de la musique plus présente que jamais chez LZair


par Margot Benabbas
jeudi 8 septembre 2022 à 08:57

Plus de 30 ans après, la passion de la musique plus présente que jamais chez LZair

Dans quelques jours, le groupe local LZair aura la chance de se produire à la halle verrière de Meisenthal. Le concert de cette bande de potes originaires du pays de Bitche aura lieu le 17 septembre. Nous avons rencontré l’un des membres.

Son N°1 - Plus de 30 ans après, la passion de la musique plus présente que jamais chez LZair

L’histoire de ce groupe démarre dans les années 80 avec une bande de potes originaires du pays de Bitche.

Il est né il y a très longtemps quand on était au lycée en fait, même pour certains on était à l’école primaire ensemble. C’est assez incroyable d’ailleurs, de se retrouver encore à 50 balais avec des copains de l’école primaire.

Ça a donc commencé il y a un moment avant de s’arrêter pendant de longues années. C’est seulement il y a 4-5 ans, plus de 30 ans plus tard, que LZair a vu le jour avec les mêmes copains. Dont Bruno aujourd’hui âgé de 57 ans.

Certains avaient continué à faire de la musique pendant toutes ces années, ils ont fait plein de groupes et moi j’avais arrêté et j’ai repris. J’ai carrément presque, pas tout réappris, mais j’ai repris.

Autant d’années après la passion pour la musique est toujours là ?

Je crois qu’elle est presque plus vive la passion. Parce que l’âge fait qu’on a encore envie de faire des choses et c’est comme si on se dépêchait, comme si on avait envie de se dépêcher de faire des choses. C’est assez dingue d’ailleurs !

Il y a 6 membres dans le groupe : Bruno le guitariste, 2 claviers, 1 bassiste, 1 batteur et une « nouvelle recrue », la chanteuse.

C’est difficile de nous mettre dans une catégorie. Je dirais que c’est du rock français tout simplement parce qu’on chante en français. Les textes sont un peu poétiques, c’est plus des textes un peu d’inspiration un peu comme ces musiques psychédéliques qu’on faisait dans les années 70, un peu poétiques. Ce qu’on faisait dans les années 70-80 avec des développements instrumentaux, des solos, des passages de synthé.

C’est avec beaucoup de rigolades que le groupe répète ses compos tous les mois à Meisenthal. Et ce n’est pas près de s’arrêter…

Si tu m’avais dit quand j’avais 20 ans qu’à 50 et quelques balais je ferai de la musique je t’aurais dit : « Mais ça va pas non ? ». Mais en même temps, tu m’aurais dit que les Stones feraient encore des concerts en 2022, je n’y aurais pas cru non plus. Donc quelque part, quand tu aimes faire quelque chose tu le fais. Et puis quand tu en as marre tu le fais plus. Mais pour l’instant… on n’a pas le courage d’arrêter.  

Le concert aura lieu à la halle verrière le 17 septembre à 20h.