Actualité

Fin de commercialisation de l'implant Essure : témoignage d'une victime


par Radio Mélodie
jeudi 21 septembre 2017 à 07:23

Fin de commercialisation de l'implant Essure : témoignage d'une victime
Capture d'écran essure.com

L’association RESIST basée à Spicheren a obtenu une petite victoire cette semaine. L’implant contraceptif Essure contre lequel l’association se bat depuis quelques années ne sera plus commercialisé en Europe. Une décision prise par le laboratoire BAYER pour cause commerciale.

Alors pour Valérie Klein, membre de l’association ce n’est pas totalement une victoire.

Son N°1 - Fin de commercialisation de l'implant Essure : témoignage d'une victime

L’enfer dont elle parle, elle l’a vécu elle-même. Elle avait de nombreux symptômes sans savoir d’où ça venait.

Son N°2 - Fin de commercialisation de l'implant Essure : témoignage d'une victime

Aujourd’hui, elle conseille donc à toutes les personnes qui ont des problèmes avec cet implant de se le faire enlever. Le problème c’est que l’implant n’a pas été conçu pour pouvoir être retiré. Il se casse donc très facilement et n’importe quel gynécologue ne peut pas l’enlever.

L’implant a eu de lourdes conséquences sur la santé de Valérie

Cet implant a complètement bouleversé la vie de Valérie Klein qui vient de Vibersviller. Alors qu’elle s’était fait poser cet implant en 2012, sa santé s’est complètement dégradée. A tel point qu’elle a dû subir en mars dernier une hystérectomie et une salpingectomie : elle s’est fait enlever l’utérus et les trompes. A ce moment-là personne ne pensait que l’implant était en cause.

Son N°4 - Fin de commercialisation de l'implant Essure : témoignage d'une victime

Valérie pensait alors qu’elle était hors de danger mais son état de santé s’est ensuite à nouveau détérioré. Elle a donc fait une radio et elle s’est rendue compte qu’un morceau de l’implant était toujours dans son corps.

Son N°5 - Fin de commercialisation de l'implant Essure : témoignage d'une victime

Aujourd’hui, Valérie fait donc partie de l’association RESIST. Elle espère pouvoir venir en aide à toutes les femmes qui pourraient se retrouver dans son cas. 

N’hésitez pas à vous tourner vers l’association pour toute interrogation : SITE INTERNET DE L'ASSOCIATION RESIST