Actualité


Tobias Hans, Ministre-Président de Sarre : ''Je m'excuse officiellement auprès de vous''

Tobias Hans, Ministre-Président de Sarre : ''Je m'excuse officiellement auprès de vous''

Vendredi, le Ministre-Président de Sarre, Tobias Hans, a passé la journée en Moselle. Sa première sortie en dehors des frontières allemandes. Il a d'abord échangé avec Patrick Weiten, Président du Conseil Départemental de la Moselle avant de visiter la cathédrale de Metz et les Jardins Fruitiers de Laquenexy.

Une crise sanitaire mal gérée 

Lors d'une conférence de presse commune, les deux hommes ont tenu à revenir sur l'épisode de la crise Covid-19. Pendant plusieurs semaines, il était impossible de passer la frontière pour de multiples raisons. Même le travailleur frontalier devait effectuer des détours de plusieurs kilomètres pour accéder à son entreprise qui se trouvait pourtant près de chez lui.

Selon Tobias Hans, il faut pouvoir mieux s'organiser si une seconde vague arrivait.

Nous allons mettre en place un service de gestion pour essayer de coopérer de part et d’autres de la frontière. Il s’agira avant tout que des officiers de police allemands et français coopèrent afin de pouvoir gérer conjointement ces frontières. Il faut aussi d’ailleurs travailler la traçabilité, c’est la raison pour laquelle des applications sont mises en place, une coopération a été créée entre le CHU de Hombourg et l’hôpital de Metz-Thionville. À l’avenir, nous pourrons éventuellement nous passer de Berlin et de Paris pour régler nos problèmes transfrontaliers.

Le Ministre-Président de Sarre a même évoqué la possibilité d'un confinement transfrontalier, c'est-à-dire que par exemple, si la France venait à reconfiner sa population dont la Moselle, cette décision ne s'arrêterait pas à la frontière mais engloberait une partie de la Sarre.

Pour Patrick Weiten, la Moselle et le Land de Sarre doivent être liés si le coronavirus revenait à frapper fort.

On n'a plus envie de barrières qui nous opposent parce qu'on tournait le dos à nos voisins, nos amis, nos cousins allemands alors qu'il y a des entreprises allemandes qui font vivre des familles mosellanes. Moi je dis plus de frontières. Il faut trouver des solutions sanitaires, il faut trouver des solutions de contrôles, de tests. C'est inimaginable de faire penser qu'il y a un papa qui doit travailler en face et qui ne peut pas y aller, qu'il y a un commerce qui va mal fonctionner parce que 50% de ses clients ne viennent plus.

Tobias Hans, tenait également à s'excuser auprès des Français qui ont été victimes d'incivilités durant le confinement.

Bien sûr je comprends tout à fait que les personnes étaient tristes et c’était très désagréable pour eux, notamment lorsqu’ils rencontraient les officiers à la douane qui ne connaissaient pas du tout la situation locale. Si des personnes ont été insultées, je le déplore profondément et je m’en excuse officiellement auprès de vous, cela ne doit pas se faire et j’espère à l’avenir que cela ne se reproduise plus.

Si des restrictions sanitaires importantes devaient revoir le jour, elles devraient être les mêmes entre les Sarrois et les Mosellans, pour les deux hommes.

Renforcer désormais les projets franco-allemands

Pendant plus d'une heure, autour d'une table, Tobias Hans et Patrick Weiten ont imaginé l'avenir. Notamment hors Covid. Cela passe par la santé et la culture.

Je prends l'exemple de MOSAR, c'est-à-dire de donner la capacité à des patients mosellans d'être soignés dans des hôpitaux allemands et réciproquement. Nous travaillons actuellement sur la mise en relation des collèges de Moselle et de ceux de la Sarre. Nous allons créer pour le mois de septembre, une association, une communauté d'action et de gouvernance, du site archéologique de Bliesbruck-Reinheim.

Autre point important : la mobilité.

On travaille sur la mobilité, sur ces lignes aujourd'hui, Dillingen-Bouzonville, mais qui ira plus loin, qui reprendra la ligne qui traverse le bassin houiller pour aller sur Thionville et de Thionville sur Trèves, sur Metz et sur Luxembourg. On ne va pas construire des rails, il y a juste un pont qu'il faut rectifier. Donc on va revendiquer des financements européens, on va revendiquer la mise en place de trains sur les rails de la part de la région avec des financements dans le cadre du contrat de plan Etat-Région.

L'idée d'un tram-train entre Forbach et Sarrebruck est également toujours à l'étude.

En Sarre, on aimerait prendre exemple sur le Département de la Moselle, pour développer le numérique et ça notamment à l'école.

J’ai appris avec grande surprise ce matin que le département était très avancé en ce qui concerne les programmes digitaux et la fibre optique dans tous les ménages. Là, la Sarre peut apprendre énormément. Par ailleurs, j’ai appris aussi que le département est très avancé sur la digitalisation dans les écoles. Dans la stratégie « France » nous pourrons nous concerter avec le département pour qu’un enseignant français ou allemand puisse dispenser des cours par voie numérique. J’ai appris aussi que vous êtes très très loin dans la commercialisation des produits locaux dans les cantines. On se doit d’apprendre la culture culinaire et la culture en générale.

Les deux hommes comptent se revoir plus régulièrement pour évoquer et faire avancer tous ces projets.

Cédric Kempf

| mardi 30 juin 2020 à 05:06 - Mise à jour à 09:13

Actualité

Moselle : des milliards d'euros pour relancer l'économie

24/09/2020

Actualité

Les rassemblements limités à 30 personnes dans le Bas-Rhin et 10 personnes à Strasbourg

24/09/2020

Actualité

Feu d'habitation à Mainvillers : 1 homme et 7 chats incommodés par les fumées

24/09/2020

Sport

Nicolas Peifer est prêt à tout donner à Roland Garros

24/09/2020

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.