Actualité

Ingwiller : Après la crise du COVID, un accès simplifié aux formations d'aide-soignant


par Margot Benabbas
vendredi 3 juillet 2020 à 09:21

Photo : Shutterstock

La crise du COVID-19 a mis en avant le manque d’aides-soignants en France mais aussi dans la région. Que ce soit dans les hôpitaux ou auprès des personnes âgées, on constate une véritable pénurie d’aides-soignants, notamment dans le Nord de l’Alsace, en Moselle-Est et Moselle-Sud. Pour faire face à ces besoins suite à la crise sanitaire, 3 nouvelles mesures viennent d’être prises, sous l'impulsion de l'Agence Régionale de Santé et de la région Grand Est, pour faciliter l’accès à la formation pour les candidats.

Pierre Huin, directeur des instituts de formation de la Maison du Diaconat à Mulhouse dont fait partie l’IFAS d’Ingwiller.

Son N°1 - Ingwiller : Après la crise du COVID, un accès simplifié aux formations d'aide-soignant

Aujourd'hui, les frais d'inscription sont gratuits aux épreuves de sélection. Deuxième point, les épreuves de sélection ont été modifiées. C'est un dossier, il n'y aura pas d'entretien de sélection. Et le 3ème élément c'est que les candidats sont classés en fonction des notes du dossier et il n'y a pas de notes éliminatoires. 

Avant, les frais d'inscription étaient de 67€. 

Toujours pour lutter contre la pénurie, l’Institut de formations d’aides-soignants situé au sein du Neuenberg va pouvoir augmenter ses capacités d’accueil de 15 élèves supplémentaires, ce qui fera 65 places au total.

Autre nouveauté dès la rentrée : une formation en apprentissage sera possible à Ingwiller. Il s'agit d'une formation théorique et pratique avec de nombreux stages. 

Un métier difficile, qui a du sens

Selon Pierre Huin, c’est le moment idéal pour se lancer, qu’on soit diplômé ou non. Même si le métier est réputé comme étant difficile, il y a également plein de beaux aspects.

Son N°2 - Ingwiller : Après la crise du COVID, un accès simplifié aux formations d'aide-soignant

C'est un métier à forte valeur humaine, où, tout au long de la journée, on est en relation avec des personnes malades ou avec des personnes âgées. Il y a des moments d'échange et d'accompagnement de ces personnes-là qui sont vraiment fabuleux. 

En plein Ségur de la santé, on ne peut qu’espérer que les salaires des personnels soignants augmentent, ce qui rendrait le métier bien plus attractif. En tout cas, la formation à l’IFAS dure environ 1 an et à la sortie, tous les élèves sont sûrs de trouver du travail dans la région.